•  

    <o:p> </o:p>

    SAINT-VICTOR-SUR-RHINS<o:p></o:p>

    (61 personnes)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nom<o:p></o:p>

    Prénom<o:p></o:p>

    Guerre<o:p></o:p>

    AUDARD  <o:p></o:p>

    François <o:p></o:p>

    16-04-1917 Laffaux (Aisne) 20 ans  <o:p></o:p>

    BAJAS  <o:p></o:p>

    L.  <o:p></o:p>

    1939-1945  <o:p></o:p>

    BERTHIER  <o:p></o:p>

    Ceraire<o:p></o:p>

     6-10-1914 Vingré 30 ans caporal  298 RI<o:p></o:p>

    BILLET  <o:p></o:p>

    Hyppolyte  <o:p></o:p>

    20-7-1916 Barleux (Somme) 38 ans <o:p></o:p>

    BOISSET  <o:p></o:p>

    Romain<o:p></o:p>

    1914-1918  <o:p></o:p>

    BONNETAIN  <o:p></o:p>

    JeanMarie <o:p></o:p>

    29-4-1915 Flirey Meurthe Moselle 23 ans <o:p></o:p>

    BOURBON  <o:p></o:p>

    E.  <o:p></o:p>

    1939-1945  <o:p></o:p>

    CHERVIER  <o:p></o:p>

    Claude  <o:p></o:p>

    1914-1918  <o:p></o:p>

    CHORAINE  <o:p></o:p>

    Louis  <o:p></o:p>

    20-6-1915 20 ans  <o:p></o:p>

    COMBY  <o:p></o:p>

    J.  <o:p></o:p>

    1939-1945  <o:p></o:p>

    DEBIESSE  <o:p></o:p>

    Félix  <o:p></o:p>

    6-8-1918 Bouchoir (Somme) 25 ans  <o:p></o:p>

    DELORME  <o:p></o:p>

    Marcel <o:p></o:p>

    10 mai 1915 Dardanelles 19 ans  <o:p></o:p>

    DÉSIGAUD  <o:p></o:p>

    Joannes <o:p></o:p>

     6-9-1914 Fosse Martin (Oise) 31 ans  <o:p></o:p>

    DESSERTINE  <o:p></o:p>

    Claude <o:p></o:p>

    6-10-1915 côte 193 Massiges<o:p></o:p>

    DIOUX  <o:p></o:p>

    Auguste  <o:p></o:p>

    30-9-1915 Souains (Marne) 21 ans<o:p></o:p>

    DOUPEUX  <o:p></o:p>

    Jean <o:p></o:p>

    10-8-1917 Fayet (Aisne) 22 ans  <o:p></o:p>

    DUCRAY  <o:p></o:p>

    Paul  <o:p></o:p>

    17-7-1917 Avocourt (Meuse) 29 ans  <o:p></o:p>

    DUMAS  <o:p></o:p>

    Joseph  <o:p></o:p>

    30-8-1918 Campagne (Oise) 34 ans <o:p></o:p>

    EPINARD  <o:p></o:p>

    Claude  <o:p></o:p>

    1914-1918  <o:p></o:p>

    FARJAS  <o:p></o:p>

    Louis  <o:p></o:p>

    29-8-1914 Charbonnières (Somme) 31 ans   <o:p></o:p>

    FOUGERAS  <o:p></o:p>

    J.  <o:p></o:p>

    1914-1918  <o:p></o:p>

    GAIDON  <o:p></o:p>

    Joseph  <o:p></o:p>

    16-3-1916 Vaux (Meuse) 21 ans  <o:p></o:p>

    GAUTHIER  <o:p></o:p>

    Claude <o:p></o:p>

    26-12-1914 Aspach le Bas (Alsace) 30 ans<o:p></o:p>

    GIRAUD  <o:p></o:p>

    François<o:p></o:p>

    1914-1918  <o:p></o:p>

    GIRAUD  <o:p></o:p>

    Pierre <o:p></o:p>

    22-2-1917 Hôpital de Roanne 21 ans<o:p></o:p>

    GIROUD  <o:p></o:p>

    Emile <o:p></o:p>

    9-6-1916 Verdun (Meuse) 298 RI 35 ans<o:p></o:p>

    GIROUX  <o:p></o:p>

    Romain  <o:p></o:p>

    4-1-1915 Hartmanswilerkop (Alsace) 21 ans <o:p></o:p>

    GOUTTARD  <o:p></o:p>

    Louis<o:p></o:p>

    11-10-1918 Romagny (Alsace) 24 ans  <o:p></o:p>

    GOUTTERD  <o:p></o:p>

    Pierre  <o:p></o:p>

     1-9-1914 Fourchefol (Vosges)  <o:p></o:p>

    JOUBERT  <o:p></o:p>

    Benoît <o:p></o:p>

    6-10-1915 Bois Raquette (Marne) 37 ans <o:p></o:p>

    LABAIZE  <o:p></o:p>

    Jean  <o:p></o:p>

    6-12-1915 Bistence (Serbie) 41 ans  <o:p></o:p>

    LONGÈRE  <o:p></o:p>

    Jean  <o:p></o:p>

    15-5-1915 St-Mandrier  <o:p></o:p>

    MAGNIN  <o:p></o:p>

    Marius  <o:p></o:p>

    7-10-1914 Les Loges (Somme) 26 ans  <o:p></o:p>

    MARVALLIN  <o:p></o:p>

    C.  <o:p></o:p>

    1939-1945  <o:p></o:p>

    MICHEL  <o:p></o:p>

    Louis  <o:p></o:p>

    10-5-1915 Bois de Bolente (Meuse) 19 ans<o:p></o:p>

    MONNET  <o:p></o:p>

    Léon<o:p></o:p>

    17-4-1917 Cornillet Nauroy (Marne) 21 ans <o:p></o:p>

    NATON  <o:p></o:p>

    Victorien<o:p></o:p>

    16-11-1914 Ciré-sur-Vezouve (M.et Moselle) <o:p></o:p>

    OBY  <o:p></o:p>

    Charles  <o:p></o:p>

    17-9-1914 Vingré  Capitaine 298 RI 44 ans  <o:p></o:p>

    PARRAT  <o:p></o:p>

    Marius  <o:p></o:p>

    23-10-1914 St-Laurent Blangy (62) 35 ans <o:p></o:p>

    PARRAT  <o:p></o:p>

    Claudius  <o:p></o:p>

    1914-1918  <o:p></o:p>

    PATIN  <o:p></o:p>

    François<o:p></o:p>

    28-10-1918 Salonique (Grèce) 31 ans  <o:p></o:p>

    PONTILLE  <o:p></o:p>

    Jean


    <o:p></o:p>

    1914-1918  <o:p></o:p>

    POTHIER  <o:p></o:p>

    Narcisse<o:p></o:p>

    1914-1918  <o:p></o:p>

    POULETTE  <o:p></o:p>

    Joseph<o:p></o:p>

    26-1-1918 Ersen les Nancy 34 ans <o:p></o:p>

    POULETTE  <o:p></o:p>

    Stéphane <o:p></o:p>

    16-7-1917 Hardaumont (Meuse) 23 ans <o:p></o:p>

    PRESLE  <o:p></o:p>

    Louis <o:p></o:p>

    8 mai 1916 Douaumont 25 ans <o:p></o:p>

    ROCHE  <o:p></o:p>

    François<o:p></o:p>

    18.8.1917 Vadelaincourt  <o:p></o:p>

    ROZIER  <o:p></o:p>

    C.  <o:p></o:p>

    1939-1945  <o:p></o:p>

    RUY  <o:p></o:p>

    J. Louis  <o:p></o:p>

    26-3-1917 Fontaine Routoir (Meuse)  <o:p></o:p>

    SEIVE  <o:p></o:p>

    J. Denis  <o:p></o:p>

    26-4-1915 Cuvilly (Oise) 33 ans<o:p></o:p>

    THOLLIN  <o:p></o:p>

    Joannes <o:p></o:p>

    15 avril 1915 Islattés (Meuse)<o:p></o:p>

    Thonnerieux  <o:p></o:p>

    CLaude <o:p></o:p>

      <o:p></o:p>

    THORAL  <o:p></o:p>

    Louis <o:p></o:p>

    6-10-15 Tabuire (Marne) 19 ans<o:p></o:p>

    TOUZET  <o:p></o:p>

    Marcel  <o:p></o:p>

    15-7-1916 29 ans  <o:p></o:p>

    VADON  <o:p></o:p>

    E.  <o:p></o:p>

    1939-1945  <o:p></o:p>

    VALETTY  <o:p></o:p>

    Pierre  <o:p></o:p>

    17-3-1916 Mort Homme Meuse 98 RI 35 ans<o:p></o:p>

    VERCHÈRE  <o:p></o:p>

    Claudius  <o:p></o:p>

    15-12-1916 Douaumont (Meuse) 25 ans <o:p></o:p>

    VERCHÈRE  <o:p></o:p>

    Jean <o:p></o:p>

    19-4-1915 Arc en Barrois (Ht-Marne) 24 ans  <o:p></o:p>

    VERMOREL  <o:p></o:p>

    Jean Marie  <o:p></o:p>

    11-3-1916 Damloup (Marne) 28 ans  <o:p></o:p>

    VERMOREL  <o:p></o:p>

    LouisMarie  <o:p></o:p>

     29-9-1914 Aix la Chapelle 29 ans<o:p></o:p>

    VINDIER  <o:p></o:p>

    Stéphane  <o:p></o:p>

    1914-1918  <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire


  •  

    UNE ŒUVRE D’ART : LE GRAND PORTAIL DE L’EGLISE<o:p></o:p>

    De SAINT-SYMPHORIEN-DE-LAY<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

      Lors de la construction de l’église actuelle en 1825-1826, le curé Mure en accord avec l ‘architecte roannais Mr de Saule, fit heureusement remployer le magnifique portail de l’ancienne église.<o:p></o:p>

       Le gothique flamboyant du XV° Siècle y donne tout son panache.<o:p></o:p>

     Un premier descriptif en avait été écrit avant que le tympan n’accueille ses 3 statuettes :<o:p></o:p>

                             « Le portail est gothique. A droite et à gauche, sont deux clochetons élancés ornés sur les arêtes de petits fleurons ou crosses. L’ogive formant le dessus est surmontée de 2 branches d’ogives renversées se réunissant en une seule pointe qui s’élève plus haut que les clochetons. De gros choux bien feuillés reposent et flanquent les cintres et la flèche centrale. Au sommet, la pointe continue à s’élever avec un renflement formant une sorte de cœur.<o:p></o:p>

       Aux 2 angles droit et gauche, entre les pilastres et les départs des arcs gothiques, deux animaux étranges et fantastiques à têtes de démons se tapissent, comme effrayés et impuissants ».<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les trois statues serties dans le tympan semblent n’avoir été mises en place qu’en 1762 comme l’indique cette date portée sur la pierre servant de socle à la statue centrale.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     Reprenons une description faite alors par le curé Chovet :<o:p></o:p>

                                                « Sur le linteau de la porte principale, trois statuettes. Au milieu, une vierge à l’Enfant ; hauteur 0m,95 Marie , debout, couronnée, vêtue d’une robe ajustée à la taille et drapée dans un ample manteau. L’Enfant Jésus, tout nu, ceint d’une couronne, tient dans ses deux mains tendues le globe du monde. Des pilastres et un dais à coquille datent l’œuvre, de la première Renaissance.<o:p></o:p>

    A droite de la Vierge, un homme d’armes à cheval ; statuette en pierre hauteur 0m, 55 costume Louis XII, toque à plumes, pourpoint à jupe courte plissée, cheveux longs, visage rasé.<o:p></o:p>

    A gauche de la Vierge, un chevalier agenouillé ; statuette en pierre, hauteur 0m,50 agenouillé sur un coussin, il invoque Marie, les mains jointes ; armure complète, armes au côté ; barbe en pointe. Portraits inconnus ».<o:p></o:p>

       A la cime des deux pinacles de la façade trônent les deux statuettes de Saint Pierre et de Saint Jean.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire


  •  

    Je dédie ce conte à tous mes anciens collègues de Roanne-Principal (Bernard)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    FERDINAND LE FACTEUR DE PRADINES<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les contes des Bords du Rhins<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Cela faisait une bonne dizaine d’années que Ferdinand était préposé à la distribution du courrier dans le secteur de Pradines. Ce métier il l’exerçait avec convictions, attaché qu’il était à la fonction publique, mais aussi avec la désinvolture, au sens noble du terme, qui caractérise assez souvent le comportement des gens heureux.

    <o:p> </o:p>

    Originaire du Beaujolais viticole. Il en avait gardé un goût très sur pour les produits de la vigne et ses compétence dans se domaine lui valaient l’estime générale. Quelquefois… naturellement…

    <o:p> </o:p>

    Tout le monde l’appelait par son prénom et peu de personnes, en vérité, connaissaient son nom de famille ; lui-même n’en faisait guère état. Ce n’est pas qu’il fut ridicule mais il le considérait comme trop répandu et il ne s’y attachait pas sincèrement. Son prénom, en revanche, le personnalisait suffisamment, disait-il, pour qu’il n’éprouvât nul besoin de lui ajouter autre chose.

    <o:p> </o:p>

    Tous les matins, à heure fixe, il quittait le bureau de Poste de Pradines et tous les soirs, à heure moins fixe, il y revenait. Entre ces deux points de repère se déroulait sa tournée qu’il effectuait partie à pied, partie à bicyclette suivant l’état des chemins.

    <o:p> </o:p>

    Sachant qu’il avait un certain nombre de lettres, de paquets poste et d’imprimés à distribuer, auxquels venaient s’ajouter en fin de mois les mandats des retraites et des pensions. Il organisait son itinéraire en usant d’une psychologie toute personnelle. « Voyons » se disait-il, et il classait : « une carte postale des Chemins du Passé pour le docteur Jean B. l’ancien maire de la commune, un paquet pour le Vieux Bourg , deux lettres pour le Crêt de Chézy, un mandat pour la Picolière », il continuait jusqu'à épuisement du contenu de la sacoche. Puis il se recueillait un moment et décidé alors des priorités à accorder, moins en fonction de son humeur du moment que des amitiés qu’il entretenaient tout au long du circuit. Il avait ainsi catalogué sa « clientèle » et celle-ci, du moins la fraction privilégiée, savait lui témoigner sa reconnaissance par de petites attentions auxquelles il était fort sensible. Pour les autres, les choses n’allaient pas toujours aussi aisément et tel qui aurait pu espérer recevoir son courrier vers le milieu de la matinée ne voyait passer le facteur qu’au début de l’après-midi.

    <o:p> </o:p>

    Ferdinand avait ainsi ce qu’il appelait « sa dignité ». Il n’admettait pas d’être traité comme un simple porte-paquets, auquel on adresse un remerciement du bout des lèvres ; il aimait les contacts chaleureux, les gens qui selon lui savaient vivre, et ne supportait ni les grincheux ni les chiens hargneux, agressifs, méchants, aux aboiements interminables qui essayaient de vous mordre « traîtreusement en douce » au moment où vous vous y attendez le moins. Et c’est en partant de ces critères qu’il avait fait ses choix.

    <o:p> </o:p>

    Comme la population du secteur était relativement stable, que les caractères évoluaient peu, la situation s’était figée et chacun, bon gré mal gré, en avait pris son parti.

    <o:p> </o:p>

    Notre homme lui ne se plaignait pas ; il jugeait sa mission hautement positive dès l’instant qu’il avait fait le tri entre le contraignant et l’agréable. C’est  dans cette dernière catégorie qu’il plaçait quatre ou cinq bonnes maisons et ceux qu’il appelait « ses vieux ». Là, Ferdinand s’attardait, soit qu’on le fit entrer pour goûter au vin nouveau soit qu’il eut à s’acquitter d’une commission dont quelque brave personne l’avait chargé.

    <o:p> </o:p>

    L’une de ses haltes privilégiées se trouvait sur le chemin qui mène au Vieux Bourg à Montgalant ; à la hauteur de la Voisinée, il s’arrêtait au bord de l’étang et attendait, les jours de canicule que la chaleur lui devint plus supportable. Allongé, la tête reposant sur la fermeture de la sacoche pour témoigner de sa conscience professionnelle, il s’enfonçait petit à petit dans la béatitude de la sieste. Au réveil, il lui fallait souvent mettre les bouchées doubles ; dans ce cas, on le voyait expédier en un temps record ce qui lui restait à faire de la tournée si bien que les gens non avertis en tiraient des conclusions hâtives.

    <o:p> </o:p>

    Mais ce qui lui laissait à n’en pas douter l’impression la plus agréable, c’était ses rencontres quasi quotidiennes avec « ses vieux ». Ils étaient une bonne demi-douzaine auxquels il rendait visite régulièrement même si aucune nécessité professionnelle ne lui en faisait obligation. Seul lien parfois, avec une société qui les avait plus ou moins rejetées, Ferdinand, par de multiples services qu’il rendait à ces personnes âgées donnait à sa profession un côté humain auquel il était parfaitement sensible. Il y avait même du côté de Bozon une vieille femme qui devait avoir dépassé les 80 ans et qui vivait seule dans une petite maison en contrebas de la route. Pratiquement sans famille à l’exception d’un vague neveu qui ne venait la voir que de loin en loin. Amélie Ducrêt attendait chaque matin Ferdinand sur le pas de sa porte. Ce dernier n’avait pas grand-chose à lui apporter qui relevât de son service mais il s’arrangeait de temps à autre pour lui glisser dans les mains quelque dépliant ou revue publicitaire dont il avait pris soin auparavant de modifier la bande. Amélie, en revanche, avait souvent besoins qu’on lui fit quelque commission : c’était un médicament à renouveler, une démarche auprès de la Sécurité Sociale dont elle ne saisissait pas le sens et qu’elle ne pouvait effectuer.

    <o:p> </o:p>

    Ferdinand acceptait toujours avec le sourire ce qu’il appelait « sa tournée annexe » et le lendemain, à la même heure, il apportait ce qu’on lui avait demandé. Depuis plusieurs années, pour les fêtes du Jour de l’An, il poussait la gentillesse jusqu’à commettre un pieux mensonge : il adressait ainsi à Amélie une carte de vœux qu’il signait en imitant vaguement la paraphe du petit neveu et il l’apportait triomphant, à la bonne vieille. Alors le miracle se produisait : Amélie, les yeux embués de larmes embrassait Ferdinand comme elle l’eût fait s’il avait été de sa propre famille et Ferdinand, heureux, mais tout aussi ému, sentait monter en lui un sentiment diffus de reconnaissance envers son administration qui, peut-être bien malgré elle, lui permettait tout de même de donner à la notion de « service » sa véritable et chaleureuse dimension.

    <o:p></o:p>                                                                                      Léo MIQUEL (1982)


    votre commentaire


  •  

    MARDI GRAS – CARNAVAL<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mardi gras, ne t’en vas pas,<o:p></o:p>

    J’ferons des crêpes, j’ferons des crêpes<o:p></o:p>

    Mardi gras, ne t’en vas pas,<o:p></o:p>

    J’ferons des crêpes et t’en auras<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ce qui distingue Carnaval entre toutes les fêtes profanes de l’année, c’est qu’il est un prétexte à déguisements et à mascarades. La coutume date de loin. Sans remonter jusqu’à la fête juive des phurim, aux  anthestèries athéniennes, aux lupercales et aux saturnales des Romains, il suffit de rappeler que dès le V° siècle les conciles et les écrivains ecclésiastiques reprochaient à nos pères de gâter le plus beau des ouvrages de Dieu en le transformant, durant les jours gras, « soit en bêtes sauvages et domestiques, telles que veaux et faons de biche, soit en monstres et larves de leur façon ». Ces graves avertissements restèrent lettre morte. Les mascarades se multiplièrent. On a gardé le souvenir des fêtes des fous et de l’âne qui se donnaient au Moyen Age. Philippe le Bel se plaisait fort à la joyeuse procession du renard. Charles IV parut à la cour sous un costume de sauvage ; le feu prit à ses fourrures et il faillit brûler vif. Isabeau de Bavière osa figure « en façon de syrène », nue jusqu’à mi-corps dans un divertissement de mardi gras. Le synode de Rouen arrêta un moment ces scandales. Mais ils reprirent de plus belle sous le règne de François Ier.

    Les dames de la cour avaient adopté, pour garantir leur teint des injures de l’air, des loups de velours noir, doublés de taffetas blanc, qu’on fixait dans la bouche à l’aide d’un fil d’archal terminé par un bouton de verre. Les seigneurs les imitèrent, et les abus furent tels que le Parlement se décida, en 1535, à faire enlever par le ministère d’huissier tous les masques qui se trouvaient chez les marchands. On ne les toléra dans les rues qu’en temps de carnaval.

    Mais cette prohibition n’eut pas de longs effets. Henri III rappela les masques exilés et leur rendit la vogue.

    <o:p> </o:p>

    Vint Henri IV ; la cour mit plus de retenue à ses plaisirs, mais sans abandonner la mode des déguisements. A cette époque, le quartier général des masques était la rue Saint Antoine. C’est là que Mardi-Gras-Carême-Prenant tenait ses assises solennelles.

    Le XVIII° siècle n’eut garde de les supprimer. Paris n’était plus qu’une vaste mascarade. Le régent donnait le ton, le peuple faisait chorus. La dernière de ces mascarades fut celle de 1788. On entrait dans la Révolution. Le carnaval fût proscrit comme « attentatoire à la dignité humaine », et l’on peut noter que c’est l’une des rares fois où les pères conscrits de la Convention se soient trouvés d’accord avec les Pères de l’Église.

    L’interdiction dura jusqu’au Directoire, où elle fut levée. Aussi le carnaval de 1799 eut-il un éclat extraordinaire. Tout le monde voulut se masquer, et les fabriques de masques, loups et costumes de déguisements, travaillèrent nuit et jour pendant plus de trois mois. Ce fut cette année-là que l’italien Marrassi établit à Paris la première fabrique de faux visages qu’on y ait créée.

    <o:p> </o:p>

    De nos jours (§), le carnaval, réduit à des distributions de confetti et de serpentins, est en pleine décadence. Sous Louis-Philippe et pendant le second Empire, Paris eut encore sa descente de la Courtille et sa promenade du bœuf gras. Les organisateurs de la fête se recrutaient parmi les inspecteurs de la boucherie ; les frais étaient couverts par des souscriptions et des dons. Quant au personnel de la mascarade, il se composait presque exclusivement de garçons bouchers. L’Empire permit à la troupe d’entrer dans la composition du cortège. Après sa promenade traditionnelle sur les boulevards, la cavalcade pénétrait dans la cour des Tuileries et défilait devant l’Empereur.

    <o:p> </o:p>

    Paris n’a plus de bœuf gras et la descente de la Coutille se réduit à quelques masques crottés qui promènent sur nos boulevards des panaches mélancoliques et de lamentables justaucorps. La vogue même de confetti et des serpentins commence à bien s’atténuer. C’est M. Lué, régisseur du Casino de Paris, qui le premier, en 1891, cherchant une attraction pour les bals de l’établissement auquel il était attaché, eut l’idée de remplacer par du papier inoffensif les cuisants confetti de plâtre dont on se bombarde en Italie. A cet effet, il chargea son père, ingénieur à Modane, de lui envoyer une certaine quantité de ces petits résidus de forme ronde enlevés des feuilles de papier que l’on perce pour l’élevage des vers à soie. Ainsi naquit le confetti parisien. Son succès fut énorme. Des établissements publics, l’invention gagna la rue ; tout le monde s’en mêla. Ce fut une vraie folie. Qui n’a vu, le lendemain du Mardi Gras et de la Mi-carême, les chaussées couvertes d’une bouillie polychrome de quinze à vingt centimètres d’épaisseur ? Il ne se dépense pas, à Paris, en une seule journée de carnaval et pour peu que le temps soit beau, moins d’un million de kilo de ces minuscules projectiles. Quant aux serpentins ou spirales c’est une invention parisienne de la même année que les confetti, on l’attribue à un jeune employé du bureau 47 des télégraphes de Paris dont on ne connaît pas le nom, qui  imagina de lancer sur la foule, du haut d’un balcon, des rouleaux de papier bleuté destinés au télégraphe Morse.

    <o:p> </o:p>

    Mais  notre carnaval à l’haleine courte et dure au plus jusqu’au mercredi des Cendres.

    …………………………………………………………………………………………………...

    Les jours gras supposent des jours maigres, et qui mange et boit tout son saoul pendant le Carême ne sent plus la nécessité de se fortifier contre l’abstinence par une indigestion préalable.

    <o:p> </o:p>

    Mardi Gras est mort.<o:p></o:p>

    Sa femme en hérite<o:p></o:p>

    D’une cuillère à pot<o:p></o:p>

    Et d’une vieille marmite.<o:p></o:p>

    Chantez haut, chantez bas :<o:p></o:p>

    Mardi Gras n’reviendra pas.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ( §) Fêtes et Coutumes populaires (1922)

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire


  •  

    LES VACHES <o:p>
     </o:p>

    Les contes des Bords du Rhins<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Quand nous sortons de la Chapelle Saint Charles à Saint-Symphorien-de-Lay et que nous prenons, à l’ancien lavoir, la direction de Saint-Just-la-Pendue via Croizet-sur-Gand, on entre de plain-pied aux pays des vaches.

    <o:p> </o:p>

    Oui, des vaches, au sens zoologique du terme. Du reste, je n’ai jamais compris pourquoi ce paisible animal avait été choisi, dans le langage populaire, pour symboliser la force obtuse, la rancune mesquine et pour tout dire, ce qui chez nous fait appel aux réactions les plus blâmables, aux instincts les plus bas.

    Je veux bien que l’utilisation massive de l’adverbe compense par là même ce que l’usage « exclamatif » du nom peut avoir de désobligeant, mais néanmoins, le « vachement » mis à toutes les sauces exprime un je-ne-sais-quoi d’excessif qui n’a aucun rapport avec le caractère équilibré de l’animal.

    <o:p> </o:p>

    Encore peut-on estimer heureux que, poursuivant sur sa lancée, l’homme ne l’ait pas affublé de noms fâcheusement équivoques comme Aminette ou Pinochette et qu’il se soit contenté, même si l’imagination n’a guère était sollicitée, d’appellations banalement horticoles comme Rosette ou Marguerite.

    <o:p> </o:p>

    Bref, la vache en général et celle du Beaujolais agreste en particulier, mérite plus de considération.

    <o:p> </o:p>

    Vous les verrez ces bovidés, familiers, à la fois rêveurs et méditatifs, ponctuant de leurs taches blanches et noires un paysage qui épuise la gamme des verts au cours d’une même année.

    Approchez-vous d’une clôture et les animaux viendront souvent à votre rencontre et vous regarderont dans les yeux. Je n’irai pas dire « au fond des yeux », faute d’avoir la compétence politique qui autorise les déclarations péremptoires mais tout de même, il semblerait qu’à ce moment là s’installe entre les êtres vivants un courant de compréhension réciproque.

    <o:p> </o:p>

    Oserai-je le dévoiler, il m’arrive parfois d’imiter le beuglement, moins avec l’espoir d’entrer tout de go dans l’univers bovin que pour montrer à ce dernier, à l’instar d’une certaine pratique qui préconise d’apprendre les rudiments de la langue lorsqu’on est en pays étranger, combien de mon côté, je fais un effort méritoire pour m’élever à la hauteur de ses préoccupations.

    <o:p> </o:p>

    Fort de cette attitude, j’ai souvent renouvelé l’expérience jusqu’au jour où, mon choix, s’étant porté sur un champ à population « cosmopolite », je fus interrompu dans mon entretien par un goujat de taureau. Physiquement il n’y avait rien à redire, c’était une belle bête! Mais, pour le reste, quotient intellectuel compris… la brute ; et de bousculer mon interlocutrice et de beugler grossièrement. Brefs, tout dans le comportement traduisait le mépris affligeant de la bonne éducation. Gênée, comme on peut l’être, par la présence d’un compatriote aussi totalement borné, ma vache, mais quel nom lui donner ? S’éloigna à regret et reprit, plus loin, sa rumination silencieuse. Le taureau désappointé par une attitude qu’il n’avait pas prévue, partit au grand galop, sans raison apparente, vers l’autre extrémité du parcage, après avoir éternué bruyamment.

    Un peu vexé, je me promis de prendre ma revanche.

    A quelques temps de là, alors que le printemps incitait déjà les premières fleurs à manifester plus d’audace, je retournais à l’enclos décidait à renouer, avec mon « amie », l’entretien malencontreusement interrompu. Elle était là, et, quand elle m’aperçut, elle se dirigea vers moi. C’est alors que le rustre recommença son manège ; mais cette fois, je ne fus pas pris au dépourvu. Je m’éloignai de quelques pas et je déposai, bien en vue, sur un piquet de clôture un vieux pull-over rouge. Aussitôt, stupéfait, le taureau se planta devant le vêtement et ne le quitta plus des yeux : tantôt excité lorsque le vent agitait une manche, tantôt bizarrement prostré quand l’objet demeurait inerte.

    <o:p> </o:p>

    Étrange attitude, en vérité, mais pas tellement éloignée, au fond d’un comportement humain.

    <o:p> </o:p>

    A partir de ce jour-là, et grâce à mon stratagème, je fus définitivement débarrassé d’une présence intempestive et je pus reprendre à loisir les approches amicales que j’avais amorcées quelques temps auparavant.

    <o:p> </o:p>

    « Et les vaches, direz-vous ? »

    - Eh bien, les vaches continuent, comme par le passé à brouter paisiblement l’herbe des prairies du Beaujolais Campagne.

    <o:p> </o:p>

                                                                                Léo MIQUEL (1982)


    votre commentaire