•  

     Illustration tirée de www.planete-lolo.com/topic-31726--JEU--Recher.

     Petit délire de notre Troubadouresse

    L’étoile filante filait, tout là haut dans la majesté silencieuse des cieux ; l’attrapant avec mon filet à oiseaux, je l’ai supplié de me confier son secret.

    Un murmure, un éclair, j’ai entendu battre le cœur du monde, brûlé à la flamme de l’espérance, tremblé du frisson de la liberté.

    Alors tendrement, j’ai laissé mon amie étoile reprendre son chemin... Je connaissais son arme mystérieuse : l’amour qui se tisse au fil des jours entre les humains, le respect des différences, le bonheur de vivre, c’était le lien magique de l’univers et de la pensée.

    J’ai contemplé les étoiles dans les yeux de mes amis, et leur ai confié toute ma tendresse pour une semaine de douceur et de paix.

    Tout là haut, brillait la vie............


    Martine Gobelet


    votre commentaire
  •  

    LES ROIS 2011

    AVEC LES CHEMINS DU PASSE

     

    "Cette année, mon discours sera accompagné d’images des réalisations que nous avons faites en 2010.

    En janvier, nous avons accueilli une délégation de Maori venu à St Symphorien de Lay pour le 175ème anniversaire de la naissance de Suzanne Aubert. Puis, nous avons participé à la réalisation d’un fascicule de la collection Altaya sur La Route Bleue où une double page est consacrée à notre association (Numéro sur Roanne) et sur la région (Etape de Roanne à Tarare) avec le diaporama consacré à la 2 cv Citroën rencontrant des scouts au Pin Bouchain) Le 7 avril, Radio Val de Rhins nous a consacré une émission d’une heure (merci à Bertrand qui a accepté de se laisser interviewer au nom de l’association).

    17 avril, notre annuelle Assemblée Générale a débuté par un copieux repas à l’Auberge de La Roche  avec 35 participants et la présence de notre Conseiller général M. Michel Chartier.

    Les 11 et 12 septembre, nous avons participé au Salon de l’Écrit à Commelle-Vernay, puis le 19 septembre, nous avons animé les rues de Lay pour les journées du patrimoine. Je remercie les personnes qui ont participé à cette journée et qui ont bien voulu représenter un personnage mis à l’honneur ce jour là. Ce fut un grand moment pour nous.

    Tout le mois d’octobre, nous avons présenté à la Chapelle St Charles une exposition sur le thème du « train dans le canton de St Symphorien de Lay »  et sortit un ouvrage sur le sujet intitulé « les voies ferrées du canton de St Symphorien de Lay».

    Au cours de cette année passée, 2 de nos réunions mensuelles ont été délocalisées: la 1ère, en avril, à Neaux, où nous avons chaleureusement été accueilli par la population de Neaux et son maire que nous remercions, et une 2°, en juin, à Neulise, pour nous permettre ensuite d’assister au concert donné sur la place de Neulise par l’Avenir Musical à l’occasion de la fête de la musique.

    Pour terminer je signale la bonne santé de notre blog « Chevaucheur Royal » qui vient d’atteindre ses 110 000 visiteurs depuis son ouverture au début de l’année 2006.

                                                         La Présidente Isabelle Pignard

    Il est discuté ensuite de la demande formulée sur le blog par Carmen et encouragés par les participants de cette journée, les membres de l’association décident de donner la priorité en ce début d’année 2011 à la recherche de descendants (enfants et petits-enfants) d’un groupe de réfugiés venant d’Espagne, arrivé en transit pour le Mexique à Marseille le 15 mars 1939 sur le navire Marrionga en provenance d’Alicante. Ce groupe ne reprit jamais la mer. Il arrive à Saint-Symphorien de Lay où ses membres furent logés et nourris par la mairie.

    De nombreux descendants sont restés sur place, les renseignements étant favorables pour une recherche approfondie. Il est décidé d’organiser dans les plus brefs délais  une réunion spéciale en Mairie de Saint-Symphorien  avec encart dans la presse régionale pour  essayer d’en regrouper le maximum. Deux dames se souviennent bien de cette arrivée, elles sont prêtes à nous aidées dans notre initiative que nous appelons affectueusement « Les Espagnols de Saint-Symphorien » En suite arrive le partage de la galette et le verre de l’amitié.

    Nous remercions Monsieur Colombat maire de Saint-Symphorien-de-Lay pour son hospitalité et les diverses autorités présentes : M. Pascal Clément ancien ministre, M. Yves Nicolin député de la Loire, M. Michel Chartier Vice-président du Conseil général de la Loire ainsi que les maires du canton.

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    LE PÈRE LACHAISE UN COMPATRIOTE CELEBRE

     

    Nul n’ignore le nom du cimetière  du Père Lachaise à Paris. Ne s’agit-il pas là en effet de la plus prestigieuse nécropole de la capitale, celle où sont inhumés la plupart des personnalités en renom ?

     

    Mais d’où vient se nom de Père Lachaise donné à ce cimetière ? Savez-vous que celui qui a porté ce nom maintenant si connu et né à Saint-Martin-la-Sauveté. Qui est-il ?

     

    François de la Chaise d’Aix est né sur notre commune, au château d’Aix, le 18 Août 1624 à 9 h du soir, de Georges de la Chaise d’Aix et de Renée de Rochefort. Il fut baptisé en la chapelle du château natal par messire Coeffet, curé  de Saint-Martin-la-Sauveté.

     

    Par la suite, il s’orienta dans la carrière ecclésiastique fut ordonné prêtre et entra dans la compagnie de Jésus (Jésuite).

     

    C’est à ce titre qu’il put se faire nommer confesseur du roi Louis XIV, ce qui n’était pas une mince affaire. Soin illustre pénitent ne se faisait-il pas appeler le Roi Soleil et c’était certainement à l’époque l’homme le plus puissant.

     

    Bien sur une telle charge permit à notre illustre compatriote d’acquérir quelques biens au soleil, en particulier une vaste propriété dans ce qui était à l’époque la banlieue parisienne à Ménilmontant. C’est cette propriété qui en 1804, a été convertie en cimetière que nous connaissons et auquel on a conservé le nom de son ancien  propriétaire le Père Lachaise, lequel était décédé en 1709.

     

    Saint-Martin-la-Sauveté peut-être fier d’avoir donné le jour au Père François de la Chaise d’Aix dont le nom revient maintenant si souvent dans les éphémérides contemporaines.

     

    Une ombre toutefois à ce tableau. C’est la disparition du château natal de l’illustre jésuite. Gravement endommagé par un incendie dans la nuit du 7 au 8 novembre 1971, ses propriétaires actuels n’ont pas cru devoir le faire réparer et il a été rasé de fonds en comble quelques années plus tard. Avant ce malheur, l’auteur de ces lignes avait eu la chance de visiter la chambre natale du Père Lachaise. Elle était absolument remarquable outre son intérêt historique du fait qu’elle était habillée dans sa totalité par des panneaux de noyer.

     

                                      Presse Roannaise de 1991 article de : Louis CUISSON


    votre commentaire

  • Voir la galerie

    votre commentaire