• Compagnie reconstituée 1845




    photographie : La "North, STEPHENSON 1837 - Locomotive Robert STEPHENSON 1846
     

    COMPAGNIE RECONSTITUEE DU CHEMIN DE FER DE <st1:personname productid="LA LOIRE" w:st="on">LA LOIRE</st1:personname>

    D’ANDREZIEUX A ROANNE

    <o:p> </o:p>

    Extrait du Procès Verbal de l’Assemblée Générale      Annuelle du 30 mars 1845.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Stations :  un embarcadère simple et commode a été établi, pour le service des voyageurs et des marchandises dans notre gare du Coteau, il sera complètement terminé en Avril.

    Les stations de 2° ordre que nous avions à construire, pour Saint-Symphorien-de-Lay, Balbigny, Montrond et Saint-Galmier sont exécutées.

    Nous avons donc en tout 11 stations du Coteau à <st1:personname productid="la Terrasse" w:st="on">la Terrasse</st1:personname> sur une longueur de <st1:metricconverter productid="80 kilomètres" w:st="on">80 kilomètres</st1:metricconverter>.

    Diligences :  Nous avons construit cette année une diligence pour le service de Roanne à Lyon et 3 diligences mixtes, c’est à dire contenant 8 place de premières classe et 6 de deuxième, que nous joindrons à nos voitures ordinaires quand le nombre croissant de voyageurs nous fera substituer les locomotives aux chevaux.

    Locomotives : les six locomotives donc la compagnie devait augmenter son matériel en 1844, sont très avancées. Pour les deux qui se font dans nos ateliers, il ne reste plus qu’à terminer le montage, elles seront prêtes pour l’époque prochaine, où nous devons employer plusieurs diligences à chaque départ.

    Il en sera de même nous espérons du moins des 4 autres machines commandées aux usines du Creuzot pour le service entre Roanne et <st1:personname productid="la Roche" w:st="on">la Roche</st1:personname>, et dont une seule nous a été livrée tout récemment.

    Machines fixes :  la machine fixe de Neulize qui devait fonctionner depuis plus d’un an, n’a commencé définitivement son service que le 10 janvier dernier. Ce retard ne peut être attribué qu’aux fabricants à qui nous avons demandé une indemnité, dont le règlement vient d’être confié à des arbitres.

    Cette machine donne de bons résultats.

    Les modifications faites à la machine de Biesse ont augmenté sa puissance. Nous n’avons qu’a nous féliciter du nouveau mode de transmission de mouvement appliqué aux deux machines et de l’emploi des câbles de fil de fer avec enveloppe en chanvre.

    Travaux à exécuter pendant la campagne de 1845 :

    Nous aurons de plus à compléter notre matériel en diligences et en wagons pour marchandises afin de satisfaire aux besoins croissant de la circulation et de nos services sur Lyon.

    Outre les locomotives que nous avons en construction, nous allons en commander 3 pour le service du plan incliné de <st1:personname productid="la Renardière" w:st="on">la Renardière</st1:personname>, seul point où il nous serait impossible de faire passer rapidement comme sur le reste de la ligne des convois mixtes de 5 ou 6 voitures de voyageurs et de marchandises.

    Ces machines qui pourraient franchir un plan incliné de <st1:metricconverter productid="29 millimètres" w:st="on">29 millimètres</st1:metricconverter> complèteront leur travail journalier par le service qu’elles feraient sur une partie de la plaine du Forez où se trouvent les rampes de <st1:metricconverter productid="6 millimètres" w:st="on">6 millimètres</st1:metricconverter>.

    Produits et frais d’exploitation de l’exercice 1844 :  nous avons transporté,

    •  42 383 voyageurs qui ont produit…………………………..126,875 fr.50 c
    • 391 315 quintaux métriques d’articles de messageries             19,568 fr.65c
    • 54 094 tonnes <st1:metricconverter productid="339 kg" w:st="on">339 kg</st1:metricconverter> de charbon et coke……………………403,827 fr.
    • 14 952 tonnes <st1:metricconverter productid="745 kg" w:st="on">745 kg</st1:metricconverter> de marchandises diverses……………..151,897 fr.07c
    • produits divers fermage…..……………………………………..7,853 fr.16c

    <o:p> </o:p>

                                             Total général des produits……………….710,021fr.68c

    <o:p> </o:p>

    Valeur des matières rentrées en magasin, après en être sortie, pour

    l’entretien des voies et du matériel……………………………………….7,309fr.68c

    <o:p> </o:p>

                                              Total des recettes de l’exploitation……..717,33Ifr.06 c

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Accroissement des produits :<o:p></o:p>

     Les branches de nos transports ont suivi une progression croissante. Il en a été de même des produits attendus dont nous n’avons pas voulu réduire nos tarifs déjà très bas et bien inférieurs à ceux que  notre cahier des charges nous autorise à percevoir.

    Le nombre de voyageurs et les quintaux métriques des messageries a été de  46 296 quintaux 75 il surpasse de près de 6 000 celui de 1843, et d’environ 14 000 celui de 1842.

    L’accroissement du produit des diligences est principalement dû à l’établissement, depuis le 15 juillet 1843, d’un service direct sur Lyon offrant en même temps un second service sur Saint-Étienne.

    Le nombre de tonnes de houille a été de 54094 tonnes <st1:metricconverter productid="339 kg" w:st="on">339 kg</st1:metricconverter> il surpasse celui de 1843 de 9 000 tonnes et celui de 1842 d’environ 17 000 tonnes.

    Le nombre de tonnes de marchandises diverses a été de 14 952 tonnes il surpasse celui de 1843 d’environ 5 000 tonnes.

    Nous devons en grande de partie, ce résultat à la résiliation à partir du 1° avril 1844, de notre traite avec un seul commissionnaire, et à la régularisation de notre service direct entre Roanne et Lyon, qui bien qu’installé depuis quelques mois seulement, n’en à pas moins donné lieu à un accroissement de 2 000 tonnes.

    L’augmentation de nos recettes de 1844, sur celle de 1843 à donc été :

    1° sur les voyageurs et articles de messagerie de…………………………….25 046 fr.80 c

    2° sur les charbons et les cokes……………………………………………….62 114 fr.65c

    3° sur les marchandises diverses de…………………………………………..50 050 fr.72c

    4° sur les produits divers……………………………………………………….2 469 fr.63c

    Total de l’augmentation 1844 sur 1843……………………………………...139 681fr.85c

    Et sur 1842………………………………………………………………   …238 433fr.80c

    C’est à dire plus de 50 %

    <o:p> </o:p>

    Dépenses de l’exploitation :

    Les dépenses se montent à la somme de 525 801fr.84c, qui se décompose ainsi qu’il suit :

    1° Frais généraux………………………………………………………….49 687fr.35c

    2° Entretien du chemin ……………………………………………………41 195fr.10c

    3° Entretien du matériel……………………………………………………95 740fr.64c

    4° Traction des wagons…………………………………………………   245 003fr.74c

    5° Traction des diligences…………………………………………………..86 156fr.48c

    6° Profits et pertes………………………………………………   ………….8 018fr.53c

    <o:p> </o:p>

                                               TOTAL………………………………………..525 801fr.84c

    <o:p> </o:p>

    Les produits ont été de……………………………………………………  717 331fr.06c

    BENEFICE de l’exploitation…………………………………………… 191 529fr.22c<o:p></o:p>

    C’est à dire environ 27%<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    En retranchant du bénéfice de l’exploitation qui est de…………………….191 529fr.22c

    Les dépenses faites à Paris et qui se montent tant pour les

    frais généraux que pour le compte des profils et pertes à…………………….20 286fr.01c

    Il reste pour bénéfice net de l’entreprise………………………………...171 243fr.21c

    Soit 60 262fr.86c de plus qu’en 1843

    <o:p> </o:p>

    Pour obtenir ce résultat nous n’avons dépensé que 51 835fr.31c de plus qu’en 1843

    Nous avons reconnu que l’estimation de l’ancienne machine de Neulize et de quelques-unes unes de nos locomotives avaient été portées par l’ancienne administration locale, dans nos inventaires précédents, à un prix aujourd’hui trop élevé ; et nous avons fait subir une dépréciation de 10 000 francs qui diminuera d’autant notre actif, nous avons servi en cela notre règle constante qui est de rester toujours dans la vérité.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Nous avons conclu définitivement, avec l’administration des chemins de fer de Lyon à Saint-Étienne, un traité pour le transport des marchandises entre Roanne et Lyon. Celui que nous avions fait pour les diligences qui parcourent les trois chemins, devant expirer au 1° octobre dernier, nous l’avons renouvelé avec des modifications peu importantes.

    Nous avons l’espoir d’obtenir de l’administration du chemin Beaunier une réduction du tarif des marchandises cette réduction nous assurera le transport des marchandises qui circulent entre le Nord et l’Ouest et le midi de <st1:personname productid="la France. Déjà" w:st="on">la France. Déjà</st1:personname> cette compagnie s’est chargée de la traction de nos diligences à un prix inférieur à celui que nous prennent nos relayeurs.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Aperçu des résultats probables de l’exploitation pendant l’année 1845 : 

    Les recettes de nos diligences se sont accrues sans interruption et de manière notable.

     A la belle saison, nous serons en mesure de faire la traction avec des locomotives, sur la majeure partie de notre parcours, ce qui permettra d’augmenter à volonté le nombre de voitures à chaque départ et de donner plus de célérité à nos convois.

    La circulation entre les points intermédiaires de notre ligne sera plus facile et plus agréable au moyen de nos nouvelles stations. Il est donc plus que probable que le produit de nos diligences augmentera sensiblement

    En 1843 il est arrivé à Roanne : 135 000 tonnes de houille dont 45 000 tonnes  par le fer.

    En 1844 il est arrivé à Roanne : 133 000 tonnes de houille dont 54 000 tonnes  par le fer.

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :