• EN COMPAGNIE DE THERESE DE BAVOZ

    AAAbbaye pradines
     

    En, 1928, Pradines recevait un appel. Il émanait de Jouarre, dans la région de Brie, non loin de Meaux, ancienne abbaye royale. Mais l’archevêque de Lyon Mgr de Pins attendit huit ans avant de permettre à Madame de Bavoz d’aider à la restauration de Jouarre. La raison en était que Pradines se trouvait trop loin de Meaux et que le diocèse perdrait des éléments utiles : « Que Pradines essaimât rien de mieux ; mais alors, il fallait que ce fût au profil de Lyon. Et précisement, il se trouvait aux portes de la cité, à la Rochette, une autre communauté, de Bénédictines désireuses de prendre la strict observance. De l’avis de l’archevêque d’Amarie, c’est là que devrait se rendre la colonie prête à partir ». Il fallut attendre le 12 octobre 1831 pour l’envoi des premières religieuses à la Rochette pour aider cette abbaye. Le 3 septembre 1837, c’était le tour de l’abbaye de Jouarre. Madame de Bavoz et onze sœurs de Pradines arrivent à Jouarre. La nuit même de la fête de la Nativité de Notre-Dame (8 septembre), l’office divin est chanté et la vie monastique reprend son cours comme aux jours d’antan…Un groupe de Meaux, les Dames de la Paix, les rejoint. Madame Sainte Symphorose Bagot première Abbesse (1837-1840), fait bénir le nouveau sanctuaire.

     

    AAAbbaye pradines 2

     

    Dans le même temps que Madame de Bavoz travaillait à remonter Jouarre, elle envisageait une autre entreprise monastique dans l’ouest de la France, à Saint-Jean d’Angély, en Saintonge. Le redressement du cloître se fit à la mi-juin de 1838, fut interrompu par la mort de Madame de Bavoz et reprit au cours de 1839 sous l’impulsion de Madame Justine Butty, seconde abbesse de Pradines.

    Dès que Pradines eut des bases solides, Madame de Bavoz chercha à essaimer. Les fondations se succédèrent les unes après les autres en s’entraînant. Il est intéressant de remarquer que pour ces trois abbayes : La Rochette, Jouarre. Saint Jean d’Angély, le schéma de fondation est le même que pour Pradines : quelques religieuses de divers ordres monastiques se regroupent et reprennent la vie régulière, avec à leur tête l’ancien moine les dirigeants et s’occupant du temporel.

    Doctrine spirituelle et monastique selon Madame de Bavoz

    Madame de Bavoz en restaurant la vie bénédictine en France, a aussi restauré la doctrine spirituelle en allant la chercher aux sources mêmes. Elle a essayé de retrouver l’esprit bénédictin, vécu par les premiers moines du Mont Cassin.

    Déjà à la veille de la Révolution, les cloîtres et notamment les abbayes bénédictines avaient subi de nombreuses transformations dans leurs traditions. Après le choc révolutionnaire, Madame de Bavoz s’est trouvée sans aucun modèle existant pour sa doctrine. Elle eut tout à repenser, à élaborer. Pour l’aider, elle avait toute la tradition monastique apprise à Saint-Pierre. Elle ne voulait pas fonder un monastère cistercien et pas davantage une abbaye d’Ancien Régime. Ayant vu en quelques années, changer toutes les conditions d’existence, Madame de Bavoz comprit que pour adapter la vie bénédictine à un milieu social nouveau, il fallait la rapprocher de sa simplicité primitive. C’est ainsi qu’elle laissa une large place au travail.

    Le caractère dominant de l’abbaye de Pradines n’est pas l’esprit de victime. Il ne colore pas son enseignement de la spiritualité de l’Ecole française. Le mysticisme affecté est même évité. Le caractère de Pradines demeure très sobre. Dom Guéranger le définit comme : « …ce qui constitue l’essence du monastère bénédictin,…cette unité, cette fermeté d’allure, cette absence d’alliage qui fera le caractère des monastères issus de Pradines.

    Quelle est l’idée de la perfection chez Madame de Bavoz ? Elle est tout d’abord le plein épanouissement de la vie chrétienne. En restaurant la vie religieuse désagrégée par la Révolution, elle n’a pas voulu donner aux vœux de religion une valeur de fin en soi. La perfection chez Thérèse de Bavoz, ne se place pas dans les exercices de la vie contemplative, bien que la fondatrice ait été très attirée par la prière, ni dans la force et la patience, ni dans les austérités et pratiques de pénitence, pas plus que dans le culte intérieur ou extérieur, ou la pauvreté, malgré le goût de Madame de Bavoz pour la vie solitaire du cloitre et le silence, mais elle se place dans la charité. Thérèse de Bavoz enseignait, après Cassien : « les Jeûnes, les veilles, la méditation, les écritures, la nudité et la privation des biens extérieurs ne sont pas la perfection, ce n’est pas en eux qu’elle consiste, mais par eux qu’on arrive à elle ». C’est par la Charité que l’on arrive à l’Amour, selon Madame de Bavoz, et toute la vie religieuse a pour fonction de fournir un champ à cet exercice de l’Amour.

    Pour la fondatrice de Pradines, les pratiques saintes et journalières de la pauvreté, de la retraite, du silence, de mortification, des travaux, des emplois et toutes les observances ne sont que des moyens pour accomplir le précepte fondamental de la charité ; « L’état religieux est une profession par laquelle on s’engage à tendre à la perfection de la charité qui en est la véritable fin en soi ».

    Doctrine monastique

    A travers la doctrine spirituelle de Madame de Bavoz, plusieurs questions se posent au sujet de sa manière d’envisager la vie monastique. Quelle idée se faisait-elle de l’âme monastique, de sa vie et de sa spiritualité ? Le portrait d’une moniale est-il possible d’après ce que nous savons de Madame Bavoz ?

    Le mot moniale n’apparaît qu’à partir du milieu du XIX° siècle, il ne peut pas se trouver dans les écrits de Madame de Bavoz. Le nom de moniale contient à lui seul tout un programme, et même un mot d’ordre de la spiritualité. Si la fondatrice n’emploie pas ce terme, elle le définit. La moniale est tendue vers un seul but, celui de l’union à Dieu dans la charité. Elle ne doit faire qu’un esprit avec lui. La religieuse aspire à la recherche de Dieu. Le nom de moine ne fut pas donné à ceux qui vivaient en solitaires, dans la solitude matérielle. Le sens de ce mot est plus profond : si le moine est l’homme de la solitude, il est aussi et d’abord celui de l’unité. Il est celui qui a pu se dégager du commun, se placer au-dessus de tout ce qui se passe pour vivre « dans une atmosphère de simplicité divine ». Seule la charité, pour Madame de Bavoz, peut réussir à faire le lien et éviter la dispersion. Ainsi la moniale pourra devenir une, c’est-à-dire unie à Dieu seul qui est un, par l’ascèse et l’amour. Cette union est le degré le plus élevé de la perfection.

    La vie monastique selon Thérèse de Bavoz

    D’après saint Benoît et la tradition monastique bénédictine diverses sortes de facteurs aident à conduire le moine vers cette union avec Dieu.

    Ils sont au nombre de sept :

    1. L’abandon de la volonté propre.
    2. La stabilité dans le monastère.
    3. Le travail assidu dans la conversion des mœurs.
    4. La lectio divina, lecture des choses divines, c’est-à-dire le contact de l’intelligence et du cœur avec la vérité.
    5. La prière dans sa double forme : prière privée et prière liturgique.
    6. Le travail
    7. La pauvreté.

    « Le plus haut joint de la perfection…consiste à être tellement unie à Dieu que l’âme, avec toutes ses puissances, devienne un même esprit avec lui, en sorte que son principal souvenir est de Dieu, que toutes ses pensées se portent vers Dieu, qu’elle ne goûte que Dieu, n’est touché que de ce qui le regarde et que toutes ses  affections se reposent doucement dans Celui qui l’a créée ».

                                                                                                       Les enseignements de Madame de Bavoz

    En conclusion

    Le rôle de Madame de Bavoz dans le mouvement de restauration qui suit la Révolution est très intéressant, car Pradines fut un des premiers monastères à rétablir la vie monastique.

    Par cette action de Madame de Bavoz dans le mouvement de restauration qui suit la Révolution est très intéressant, car Pradines fut un des premiers monastères à rétablir la vie monastique.

    Par cette action, Mère Sainte Placide a essayé de retrouver les sources du monachisme après le choc de 1789 et de marquer un changement avec le mysticisme du XVIIIe siècle qui ne correspondait plus au redressement religieux nécessaire au XIXe siècle. La première abbesse de Pradines se place au même rang que le fondateur de Solesmes, ou de Dom Lestrange pour la Trappe ou même le Père Muard pour La Pierre-qui-Vire. Ces restaurateurs de la vie monastique n’ont pas essayé de recréer des Cluny, des Cîteaux ou des Fontevrault.

    Ce besoin de retourner aux sources peut s’expliquer par la nécessité de s’adapter aux nouvelles conditions de  vie dues à la Révolution et à un milieu social nouveau. La restauration monastique chez les bénédictines a changé les formes extérieures de la vie claustrale tout en essayant de se rapprocher le plus possible de l’esprit de la Règle de Saint Benoît. Cette adaptation aux besoins d’une époque après la Révolution s’est poursuivie tout au long du XIXe siècle.

    Une des qualités de Thérèse de Bavoz est d’avoir su s’adapter au caractère humain en pratiquant une austérité à la mesure de ses forces, de manière à maintenir l’équilibre entre la résistance physique et l’effort moral et spirituel.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :