• GATEAU DES ROIS

    rois mages galette



    LE GATEAU DES ROIS

    Aujourd’hui le gâteau ou la galette des rois ne ce partage pas qu’en famille comme autrefois où il semblait être qu’un symbole de la communion sacramentelle dont les chrétiens se faisaient un devoir lors de l’Épiphanie.

    En tout cas, l’usage date de loin, car une Charte de Robert, évêque d’Amiens en 1311, en parle comme d’une pratique constante : ce gâteau devait être en fait «  d’une pâtisserie feuilletée », composée de beurre, farine, et d’œufs frais.

    An moyen-âge, dans les corporations, on choisissait aussi un roi au jour de l’Épiphanie, et son règne pacifique se perpétuait durant l’année entière.

    Mais quel est le sens qu’il y a lieu d’attribuer à la fève dans le gâteau des rois ?

    Sans doute, dans la pratique, elle sert à désigner le souverain improvisé, ce qui aurait déjà une signification judicieuse, puisque de temps immémorial, dit Aristote, les suffrages se sont exprimés par des fèves (remplaçant nos bulletins de vote). Mais il paraît qu’en plusieurs contrées la fève était découpée en forme de croix ou d’étoile avant d’être dissimulée aux yeux des convives dans l’épaisseur du gâteau.
    L’allusion à l’astre de la Crèche que virent les mages dans le firmament, est ici évidente.

    Voilà un usage qui serait de nature à réfuter l’opinion de ceux qui font remonter cette coutume aux banquets du paganisme. De plus, comme dans la primitive Église l’Épiphanie était précédée d’un jeune rigoureux. Le gâteau n’à peut-être été imaginé que pour servir au réveillon. Cette opinion se fortifie de la remarque suivante : les fêtes de Noël et de l’Épiphanie, souvent célébrées ensemble, ne furent séparées par l’Église d’Alexandrie qu’au commencement du V° siècle.

    D’ordinaire, celui à qui échoit la fève, la présente à son tour à la reine qu’il se choisit ; et chaque fois que boit le roi ou la reine, les invités répètent en chœur les bruyantes exclamations de circonstance. Autrefois le plaisir du repas était décuplé par de vraies bouffonneries, dont il nous suffira de citer un exemple typique : quand un convive timide ou distrait, oubliait ce cri « le roi boit ! », ses voisins le barbouillaient de suie, et le transformait en mage noir, en mémoire du roi nègre qui est venu s’agenouiller auprès de la crèche.

    On devine la folle gaîté que devaient provoquer ces balafres respectives, et quelle était la physionomie des commensaux, après plusieurs heures d’amusement de ce genre.

    Si pour les populations chrétiennes la fève est l’occasion de joyeux ébats ; pour les païens, au contraire, elle est considérée comme une semence impure que Pythagore et Jamblique, dit-on, interdisaient à leurs disciples (1). L’horreur des anciens pour les fèves, d’après Cicéron, aurait une cause des plus particulières, « cette graine indigeste étant de nature à supprimer le calme nécessaire, pour se livrer à des songes divinatoires ». (De Divinat., XXX.)

    Le jour des Rois, Anne d’Autriche voulait que l’on observât une coutume conservée dans diverses familles pieuse, et consistant à prélever pour les pauvres la part du Bon Dieu, appelée aussi « part de l’Enfant-Jésus », ou « part de la Vierge ».

    « En 1649 écrit Mme de Motteville, la reine pour divertir le roi, voulut séparer le gâteau et nous fit l’honneur de nous y faire prendre part. Nous la fîmes reine de la fève, parce que la fève s’était trouvée dans la part de la Vierge. Elle commanda qu’on nous apportât une bouteille d’hypocras (2), dont nous bûmes devant elle, et nous la forçâmes d’en boire un peu. Selon l’usage, nous voulûmes satisfaire aux extravagantes folies de ce jour, et nous criâmes : « La Reine boit ! La reine boit ! »

    Jadis chaque famille faisait cuire son gâteau des rois ; peu à peu les boulangers en fabriquèrent en abondance comme accessoire de leur industrie. Mais bientôt les pâtissiers s’émurent de cette concurrence, protestèrent hautement et intentèrent un procès aux boulangers. Après de solennels et ardents débats, le Parlement, sur leur requête, rendit en 1713 et en 1717, des arrêts interdisant à ces derniers d’employer le beurre et les œufs dans leur pate, et de faire, aucune autre sorte de pâtisserie (les pâtissiers payaient des droits forts élevés pour exercer leur industrie et entendaient jouir du bénéfice exclusif de leur privilège). Cette défense eut peu d’effet, même dans la capitale.

    Le Roi de la fève, au jour de l’Épiphanie, n’a point trouvé grâce devant la Révolution ; cette humble royauté a eu, elle aussi, son 14 juillet et son 10 août. Le 30 décembre 1792, sur la motion du citoyen Scipion Duroure, le Conseil général de la Commune prit un arrêté, portant qu’à dater du 6 janvier 1793, la fête dite jusqu’alors Fête des Rois, s’appellerait Fête des Sans-culottes.



    (1)    Dans les assemblées politiques, les Grecs exprimaient leur suffrage au moyen d’une fève noire ou blanche ; de plus les magistrats temporaires, sorte de jurés, étaient aussi désignés de cette manière. D’où il résulte que ce précepte de Pythagore : fabis abstine, n’a peut-être que le sens suivant : Ne vous occupez pas des suffrages populaires, ne bous mêlez pas de la politique : contentez-vous d’être des philosophes.
    (2)     L’hypocras, boisson composée de vin de liqueur aromatisé avec des épices (cannelle, girofle, gingembre, muscade), était très goûté dans l’ancienne France. A  Paris, le Prévôt des marchands en portait au roi comme présent d’étrennes.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :