• L?obsolescence programmée

    A OBSOLESCENCE
     

    L’obsolescence programmée (encore appelée « désuétude planifiée ») regroupe l’ensemble des techniques visant à réduire la durée de vie ou d’utilisation d’un produit, afin d’en augmenter son taux de remplacement.

     

    UN PEU D’HISTOIRE

    En 1925, les ampoules électriques que nous achetions pouvaient avoir une durée de vie allant jusqu’à 2 500 heures. Deux ans plus tard, la durée de vie de ces ampoules était réduite à 1 000 heures.

    Voyant leur chiffre d’affaire baisser les constructeurs avaient cherché et trouvé le moyen de limiter la durée de vie d’un produit, afin de pousser les consommateurs à acheter.

    Pourtant à la même époque, des brevets ont été déposés sur des ampoules qui avaient des durées de vie de plus de 100 000 heures. Mais ces brevets ont été laissé dans l’oubli ou même rachetés par d’importantes sociétés qui craignaient pour leurs parts de marché.

    Dès 1928 on pouvait lire dans une revue spécialisée : « Un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires ».

     

    UNE METHODE QUI PERDURE

    Ce n’est donc pas par hasard si notre société consomme toujours davantage, puisque les constructeurs n’hésitent plus à limiter la durée de vie de leurs produits, et ce par des moyens parfois indignes

    Les exemples récents ne manquent pas : iPod programmés pour tomber en panne au bout de 18 mois ou imprimantes contenant une puce qui les bloque après un nombre d’utilisations défini. On peut citer les cartes SD dans les appareils photos prises et qui tombent volontairement en panne après le quota dépassé. Ou encore les cartouches d’encre, qui elles aussi contiennent une puce qui empêche leur rechargement.

    D’ailleurs le concept de l’obsolescence programmée n’est pas seulement lié aux appareils qui tombent intentionnellement en panne, mais aussi au fait d’acheter un nouvel ordinateur par exemple (plus récent, plus puissant) ou encore une nouvelle voiture (moins polluante, plus belle). Le principe peut, donc s’appliquer à bien des exemples de notre vie quotidienne.

     

    DEFAUT FONCTIONNEL

    Souvent lorsqu’une pièce ne fonctionne plus l’ensemble du produit devient inutilisable. Si le coût de réparation, constitué du prix de la pièce de remplacement, du tarif de la main d’œuvre et des frais de transport, s’avère supérieur au prix d’un appareil neuf, le consommateur se tournera tout naturellement vers le neuf.

     

    OBSOLESCENCE PAR PEREMPTION

    Certains produits possèdent une date de péremption à partir de laquelle ils sont annoncés comme périmés. Cela s’applique principalement aux aliments et aux boissons, qui ont une date limite d’utilisation optimale, ainsi qu’aux produits cosmétiques, pharmaceutiques et chimiques. Cependant, dans certains cas, les produits restent utilisables après cette date. Par exemple, un aliment ayant une date limite d’utilisation optimale risque de voir ses qualités organoleptiques diminuées, au-delà de la date indiquée, tout en restant consommable sans risque pour la santé. Une date limite de consommation est par contre plus stricte, car elle indique un risque pour la santé du consommateur s’il utilise le produit au-delà.

    L’ignorance de la différence entre date limite d’utilisation optimale et date limite de consommation peut psychologiquement soit entraîner des mises à la poubelle prématurées, soit des prises de risque inconsidérées.

     

    L’OBSOLESCENCE PROGRAMMEE DE MANIERE INDIRECTE

    Un produit peut devenir obsolète, alors qu’il est parfaitement fonctionnel. Simplement du fait que les composants qui lui sont associés ne sont plus disponibles à la vente. C’est le cas pour les imprimantes dont les cartouches  d’encres deviennent introuvables sur le marché : le consommateur n’a pas d’autre choix que d’acheter une nouvelle imprimante. L’arrêt de la production de consommables ou de pièces détachées est une technique très courante qu’utilisent les industriels pour rendre leurs produits obsolètes.

    Planifier l’obsolescence est également très courant dans le monde des logiciels. Pourquoi croyez-vous que Microsoft enchaîne les nouvelles versions de Windows à un tel rythme ?

     

    LES CONSEQUENCES

    Suite à cette surconsommation, les pays du tiers-monde deviennent les poubelles de la planète. Tous nos déchets (ordinateurs, IPod, etc.) leur sont envoyés. Certains appareils sont récupérés car encore en état de marche et tous les autres sont jetés dans de grandes décharges, souvent illégales, qui polluent excessivement.

    Les ressources de notre planète ne sont pas illimitées. Cependant certains constructeurs continuent à alimenter délibérément une civilisation basée sur le gaspillage, ce qui entraîne une modification radicale de notre environnement et lègue aux générations futures un monde abimé par leur avidité.

     

    REVEILLONS-NOUS !

    Pourtant le concept d’obsolescence programmée fait courir le risque à la réputation des fabricants, à leur image de marque : la planification concernant la durée de vie de l’objet doit en effet rester secrète, sans quoi le consommateur aura l’impression d’être grugé. C’est ce qui distingue le modèle de l’obsolescence programmée de celui du produit jetable ou à durée de vie clairement limitée.

    Surtout de nouvelles questions sont aujourd’hui posées par tous les adversaires du gaspillage, ceux qui nous gouvernent trouveront-ils un jour l’énergie nécessaire pour éradiquer ce monstre qui dévore nos frêles ressources naturelles ?

    Sauront-ils réagir à temps afin d’éviter les catastrophes, aussi bien économiques que naturelles qui nous menacent ?

                                                               Claude Bontront (revue ANR – juin 2012).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :