• LA FAUX

     

    La Faux (outil)

    D’après  Wikipédia, l'encyclopédie libre.

     

    La faux est un outil manuel utilisé en agriculture et en jardinage pour faucher l'herbe et récolter les céréales. La faux est formée d'une longue lame effilée (60 à 90 cm) et arquée, fixée perpendiculairement sur un manche relativement long (140 à 160 cm) muni de deux poignées, l'une à mi-hauteur et l'autre à l'extrémité opposée à la lame.

    On a longtemps cru que la faux était apparue vers le XIIe siècle en France. Elle est en réalité beaucoup plus ancienne : En 2007, au cours de fouilles précédant la construction de l'Autoroute française A19, il a été découvert à Chevilly, dans le département du Loiret, une lame de faux gauloise datant du IIIè siècle avant notre ère, soit plus de 1000 ans plus tôt.

    D'abord utilisée pour couper l'herbe, la faux ne remplaça la faucille pour la récolte des céréales qu'à partir du XVIe siècle. Son usage a fortement régressé depuis l'apparition des faucheuses mécaniques puis des moissonneuses-batteuses.

    Le fauchage requiert un apprentissage spécifique ; il s'effectue par un balancement régulier des deux bras tout en maintenant la lame bien horizontale à la hauteur voulue.

    Le faucheur doit fréquemment aiguiser sa lame (toutes les 15 mn ou 30 mn, suivant la résistance des végétaux coupés et la qualité de la lame), grâce à une pierre à aiguiser rangée dans un étui à pierre à faux ou coffin, qui est traditionnellement porté à la ceinture. Cette opération répare les plus fines atteintes au tranchant de la lame et, comme tout aiguisage, enlève une petite partie de métal (ébavurage).

    De temps en temps (environ 12 h de fauche) il doit "battre" sa faux avec un marteau et une petite enclume nommée enclumette, Cette opération est en fait un forgeage à froid destiné à affiner le tranchant, réparer les microfissures, combler les trous laissés par les éclats de métal partis, ainsi qu'à orienter les molécules d'acier dans le meilleur sens pour la coupe. Cette opération modèle le métal sans en enlever. Elle est toujours suivie d'un nouvel aiguisage à la pierre.

    En y pensant bien voilà un outil de travail, longtemps très courant, qui disparait peu à peu de nos campagnes.

    Un petit clin d’œil, à cet outil magique mais dangereux me semblait nécessaire.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :