• LA « VITESSE » EN AUTOMOBILE NE DATE PAS D’AUJOURD’HU

     

    LA « VITESSE » EN AUTOMOBILE NE DATE PAS D’AUJOURD’HUI

     

    Au début du siècle dernier, les courses automobiles de capitale à capitale passionnent le public. Après Paris-Berlin (1901) et Paris-Vienne (1902), l’Automobile Club de France et le Royal Automobile Club d’Espagne se mettent d’accord pour organiser en 1903 un raid Paris-Madrid.

     

    L’épreuve, longue de 1380 kilomètres, se déroulera en trois étapes : Versailles-Bordeaux, Bordeaux-Vittoria et Vittoria-Madrid.

    Les concurrents seront répartis en quatre catégories : les voitures dont le poids à vide est de 650 à 1000 kg, les voitures légères de 400 à 650 kg, les voitures de 250 à 400 kg, enfin les motocyclettes de 50 kg et au-dessus.

     

    Les opérations de pesage de poinçonnage des voitures engagées se déroulent dans le jardin des Tuileries entre le 19 et le 22 mai. Pendant quatre jours, 274 pilotes vont défiler devant un public curieux et passionné.

    On remarque la Mors de Henri Fournier, gagnant du Paris-Berlin ; la Gardner-Serpollet de M. Chanliaud, record de vitesse et grimpeuse acharnée ; le Bobron-Brillé de M. Régolly, vainqueur du circuit des Ardennes ; et aussi les Mercedes, de Dion-Bouton, Renault, Richard Brasier, Decauville, Darracq, Clément, Ader, De Dietrich etc…

     

    Le départ est donné à Versailles le 24 mai 1903 à 3 h 45 dans une atmosphère indescriptible. Des trains supplémentaires pris d’assaut, des centaines d’automobilistes, des milliers de bicyclette ont drainé vers Versailles une foule estimée à un million de personnes. Le sport automobile connaît en ce jour le premier embouteillage de son histoire. Mais la fête, commencée dans la joie, va bientôt s’achever dans le deuil.

     

    La première victime du Paris-Madrid sera un amateur américain, M. Tery, sur Mercedes. A Compiègne (Yvelines) son véhicule s’enflamme à la suite d’un choc, brûlant grièvement le conducteur et son mécanicien. A Bonneval (Eure-et-Loir), Darzens culbute à plus de 100 à l’heure. A proximité de Couhé-Vérac (Vienne), Marcel Renault trouve la mort au cours d’une tentative de dépassement. Près d’Angoulême (Charente) le constructeur Georges Richard percute un arbre. Au passage du pont de la Couronne, à la sortie d’Angoulême, la Brouhot de Tourand entre dans la foule est fait trois morts. A Montguyon (Charente-Maritime) la De Dietrich de Stead tombe dans un fossé. Enfin à Libourne (Gironde, Lorraine-Barrow s’écrase contre un arbre à la suite d’un choc avec un chien. Le mécanicien éjecté, sera tué sur le coup ; quant au pilote, il succombera quelques jours plus tard à l’hôpital de Libourne.

     

    La route de Paris à Madrid prend l’allure d’un cimetière, et l’arrivée à Bordeaux se fait dans un climat de consternation.

     

    Le vainqueur est Gabriel sur Mors, en 5 h 13 mn 31 secondes, à la moyenne étonnante de 105,700 km l’heure.

     

    Mais cette grande épreuve qu’aurait pu être le Paris-Madrid n’ira pas plus loin que Bordeaux, le ministre français de l’intérieur et le gouvernement espagnol s’étant mis d’accord pour interdire la continuation de l’épreuve.

     

    J.M. Duhart pour le journal Centre-Dimanche (article intitulé : Une course d'"automicides" à la Belle Epoque : Paris-Madrid).

     

    Note :

     

    E n avril 2010, 75% des conducteurs Français disposant d’un permis depuis plus de 3 ans ont tous leurs points, et près de 90% ont entre 10 et 12 points.

    Ce bilan positif montre que les Français ont modifié leurs comportements sur les routes et qu’ils adoptent dans leur grande majorité une conduite responsable.

     

    La fronde d’une poignée de députés contre le gouvernement qui veut sauver des vies sur la route, est incompréhensible.

     

    Il serait intéressant qu’à chaque accident mortel (à cause de la vitesse) sur sa circonscription, le député « frondeur », se rende avec les autorités et annonce lui-même aux familles, les décès qui les touchent par la faute de chauffeurs inconscients et explique qu’il était contre la suppression des panneaux annonçant les fameux radars.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :