• Le carrosse de la Reine de France se renverse


     

    1632    LE CAROSSE DE <st1:PersonName productid="LA REINE SE" w:st="on">LA REINE  SE</st1:PersonName> RENVERSE

    <o:p> </o:p>

    Nous sommes à quelques kilomètres du col (Pin Bouchain), l’itinéraire entre Fourneaux et <st1:PersonName productid="la Fontaine" w:st="on">la Fontaine</st1:PersonName> est affreusement chaotique, le lieu-dit « <st1:PersonName productid="la Roche" w:st="on">la Roche</st1:PersonName> » tient son nom d’une série de barres rocheuses en escaliers inattendus qui ont dû mettre à mal bon nombre d’essieux, de ressorts, de roues de carrosses et de diligence. Rien d’étonnant donc que   se soit installé dans ce hameau un charron qui ne devait pas manquer de travail. Que d’équipages malmenés par les chocs successifs et imprévus ont du faire appel à ses services pour réparer ou changer un rayon brisé, redresser un essieu, radroitir un timon…

    Par une fin d’après-midi, ce 3 septembre 1632, un carrosse marqué du sceau royal et précédé d’une quinzaine de chevaux légers, gravit la pente sévère côté Fourneaux et débouche sur le Plat-Coupy. Venant de Roanne, il transporte <st1:PersonName productid="la Reine" w:st="on">la Reine</st1:PersonName> de France et sa dame de compagnie, <st1:PersonName productid="la Duchesse" w:st="on">la Duchesse</st1:PersonName> de Chevreuse. Le plat de la route encourage le maître d’équipage à reprendre bon train, et l’on roule vivement tout en admirant dans le jour qui baisse l’opulence des prairies et des terres. Les barres se présentent sans crier gare…quelques bonnes secousses…un soubresaut…le carrosse tangue dangereusement et, déséquilibrait, lentement mais sûrement, se couche sur le côté.

    Et voici comment un vieil historien raconte savoureusement l’affaire :<o:p></o:p>

    « En 1632, <st1:PersonName productid="la Reine Anne" w:st="on">la Reine Anne</st1:PersonName> d’Autriche femme de Louis XIII, étant partie de Roanne pour Lyon vint à coucher à Tarare dans la nuit du 3 au 4 septembre.<o:p></o:p>

    Par le chemin, il lui advint un accident qui montra bien que c’était véritablement des rochers dessus lesquels passait le carrosse où elle était. Car tout autre chose  eut fait joug à sa Majesté et se fut amolie à l’aspect des beautés sous lequels il roulait. Mais ces insensibles cailloux se chargèrent du reproche éternel d’avoir renversé le carrosse de la reine. La plus incommodée de cette chute fut <st1:PersonName productid="la Duchesse" w:st="on">la Duchesse</st1:PersonName> de Chevreuse parce qu’elle se trouvait à la portière, et qui cependant en fut quitte pour une écorchure au nez et à la lèvre »

    Plus de peur que de mal…les soldats remettent facilement la voiture sur roues, et prudemment on gagne Tarare où un apothicaire est requis pour prodiguer des soins empressés aux altesses qui ne s’en sont quand même pas mal tirées. La disnée aux chandelles suivie d’un sommeil réparateur sous les moelleuses couettes de l’Auberge du Lion d’Or balaient les émotions de <st1:PersonName productid="la Journée." w:st="on">la Journée.</st1:PersonName>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :