• Le premier calendrier postal



     

    LE PREMIER CALENDRIER POSTAL<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

       Ce modeste imprimeur lithographe qui va créer le premier « Calendrier des Postes » s’appelle François Charles OBERTHUR.

    <o:p> </o:p>

    D’origine strasbourgeoise, où il est né le 1° décembre 1818, il quitte l’atelier de lithographie paternel en 1838 pour gagner Rennes en Bretagne. Là, il rentre à l’imprimerie Marteville et Landais.

    <o:p> </o:p>

    Très vite associé au succès de l’entreprise, il en devient le patron en 1850. François Charles OBERTHUR a 32 ans et beaucoup d’idées pour développer son entreprise. Il voit dans le « Calendrier des Postes » une opportunité d’expansion intéressante. Quatre ans se passent en études et préparation.

    <o:p> </o:p>

    Au milieu de l’année 1853 apparaît ce qu’il est juste d’appeler, le calendrier postal moderne.

    Le calendrier propose sur un carton imprimé recto verso un cahier spécial réservé aux informations du département : date des foire et marchés, liste des communes et des bureaux de poste…

    <o:p> </o:p>

    Voilà l’idée !  Et cette idée de personnalisation François Charles OBERTHUR entend bien l’appliquer à l’ensemble des départements français.

    <o:p> </o:p>

    L’Administration des Postes accueille avec bienveillance sinon intérêt cet almanach de 1854 … et se précipite, non pas pour passer commande auprès d’OBERTHUR mais pour éditer le sien. Il sera réalisé par l’Imprimerie Impériale et vendu à Paris pour 10 centimes l’exemplaire.

    Si, à Paris, l’Administration fait obligation aux facteurs d’acheter le sien, pour le Province, car contre, elle laisse les chefs de service libres d’acheter leurs calendriers.

    <o:p> </o:p>

    OBERTHUR s’engouffre dans la brèche. Les premières commandes affluent au siège de la société à Rennes. Mais d’autres imprimeurs guignent ce fantastique marché de 800 000 exemplaires.

    <o:p> </o:p>

    L’un deux, MARY-DUPUIS, imprimeur libraire à Noyon bénéficie des bonnes grâces de l’Administration qui lui confie la réalisation des calendriers pour les années 1859 et suivantes à 6 centimes l’exemplaire. Trois modèles sont alors proposés.

    Mais MARY-DUBUIS, vite débordé par l’ampleur de la tâche et talonné par l’Administration, se voit obligé de faire appel à son concurrent pour pouvoir livrer à temps les précieux calendriers aux facteurs. François Charles OBERTHUR, se voit alors confier la fabrication de l’Almanach 1859 pour 32 départements.

    <o:p> </o:p>

    Les livraisons de MARY-DUPUIS de l’année 1860 connaissant les mêmes avatars de production, l’Administration autorise donc OBERTHUR à fabriquer et à livrer les almanachs des Postes aux facteurs du territoire. OBERTHUR devient donc l’unique fournisseur agrée par l’Administration pour une période de 10 ans.

    Ce monopole de droit ne sera pas renouvelé en 1870 mais OBEERTHUR gardera une position privilégiée auprès des facteurs gr$ace à l’efficacité et au sérieux de son organisation et malgré une concurrence très active de nombreux imprimeurs.

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :