• NEULISE : Bonpart de Lorgue

     

    NEULISE : Bonpart de Lorgue

     

    (André Devis)

     

    Pour la Journée du Patrimoine du 19 septembre, Les Chemins du Passé décident de faire revivre quelques heures, à Lay ; 1 personnage important de chacun des 16 villages du canton de Saint-Symphorien-de-Lay. Un membre de l’association déguisé le représente et il est chargé de lire un petit texte sur son état aux visiteurs qui se présentent.

    Quatre groupes sont formés : Ballade postale, ballade préhistorique, Ballade Layoise et ballade au cœur de LACIM.

     

    Groupe 1 : Ballade postale

    SAINT VICTOR SUR RHINS : un prieur

    SAINT CYR DE FAVIERE : un chevaucheur royal

    MACHEZAL : Sophie VIALLIER

    VENDRANGEs : Louis RANVIER  

     

    Groupe 2 : Ballade préhistorique

    NEAUX : un homme préhistorique

    REGNY : Nicolas CONTE

    NEULISE : Bonpart DE LORGUE

    PRADINES : Mme de BAVOSE

     

    Groupe 3 : Ballade layoise

    SAINT PRIEST LA ROCHE : Un Seigneur de la Roche

    SAINT JUST LA PENDUE : Jean DUPUIS

    SAINT SYMPHORIEN DE LAY : Suzanne AUBERT

    LAY : Antoine BARBIER àprésenté par sa fille (Marie Monique Bisson-Barbier)

     

    Groupe 4 : Ballade au cœur de LACIM

    FOURNEAUX : un seigneur de l’Aubépin (époque Henri IV)

    CHIRASSIMONT : Le Géant àprésenté par le père du géant

    CORDELLE : Source Victoire avec l’âne 

    CROIZET SUR GAND : Mme Claude CHARLAT

     

     

    NEULISE : Bonpart de Lorgue

     

    Quand on regarde une carte de Neulise, on constate que le hameau de Lorgue se situe au sud du village. C’est en effet de ce hameau du même nom actuellement qu’est partie cette lignée importante qui pendant plusieurs siècles régna en maître sur notre région.

         Dans cette famille, il était de coutume en effet d’attribuer aux aînés de ses branches le prénom de Bonpar.

     

         Comme le précisent les auteurs des Chartes du Forez, « …c’est la seigneurie de Villars, sur St Just la Pendue, qui a été la bonne part sans doute vers l’an 1200. » Un premier Bonpar de Lorgue est en effet cité dès 1278 dans une transaction avec l’abbaye de Bonlieu.

     

         Geoffroy de Lorgue, chevalier et fils du précédent, prend la succession. Il possède la maison de Villars et prélève des dîmes sur les paroisses voisines. Sa femme, Girine Raybe, lui donne 3 enfants dont Bonpar ici présent.

     

         Mineur au décès de son père, il reçoit à son tour le domaine de Villars. On le retrouve avec un cousin, cohéritier des biens que son grand oncle, le chanoine Guillaume, possède à Amplepuis : les domaines de la Pierre et de Montchervet.

     

        D’autres biens lui viennent de son cousin, autre Bonpar de Lorgue, seigneur de la Place (entre les villages d’Ouches et Pouilly les Nonains) : maison et terres à Néronde ; censive et courtils à Vendranges, Neulise, Saint Jodard ; divers droits sur Saint Haon et justice sur Saint Jodard.

     

        Il figure parmi les exécuteurs testamentaires de sa grande tante Ayceline de Lorgue, inhumée aux côtés de son mari Arnaud Viel, seigneur de Bussières.

     

        En 1328, il avoue à l’église de Lyon des dîmes éparses dans les paroisses des Sauvages, Fourneaux, Croizet, Neulise, Saint Marcel, Pinay, Cordelle, Saint Cyr de Favières. C’est dire toute l’importance de la lignée.

     

        En 1341, il est fait chevalier.

     

         Décédé sans postérité, Bonpar de Lorgue laisse son frère Jean, « vivant comte en l’église de Lyon », lui succéder.

     

         La Diana sur Montbrison compte dans ses archives un terrier à son nom, donc le terrier de Bonpar de Lorgue. Déchiffré par Gabriel Fouillant, notre illustre président de nombreuses années et chercheur émérite, c’est une source très complète et précieuse de toutes les possessions de cette famille à cette époque.

     

        On y retrouve les noms des domaines, leurs limites, les habitants qui les possèdent etc. etc…La comparaison avec les noms actuels des lieux permet de voir s’ils apparaissaient déjà à cette époque là, leur orthographe à cette période. C’est une source inestimable de renseignements pour la connaissance de cette période.

     

        Nous ne pouvons que remercier l’illustre seigneur ici présent de sa noble transmission.

     

     

     

     

     

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :