• REUNION MENSUELLE

    Réunion mensuelle CHEMINS DU PASSE

     

     Je vous confirme notre réunion mensuelle ce vendredi 20 Mai à 20 h.


    Attention, le lieu change. Notre réunion sera « cryptée » puisque  nous nous retrouverons au sous-sol de la chapelle Saint Charles, dans notre nouveau local (porte métallique à droite de la chapelle).

    Ordre du jour :

    -  Heure culturelle : poursuite des investigations et discussions au sujet de l’énigmatique tour de Neaux.

    -  Préparation de la sortie du 9 Juin

    -  Point sur le cinquantenaire et l’inauguration

    -  Préparation de la poursuite (et fin ?) du déménagement.

    -  Point sur les interventions historiques à RVR.

    -  Questions diverses

    Cordialement


    Claude


    votre commentaire
  • COURSES DE ROANNE

     

    C’est une affaire faite et nos courses sont proches.

    Souscripteurs endurcis, vous qui plongiez la main

    Et retourniez un louis dans le fond de vos poches,

    Nos jockeys sont ici, c’est pour après demain !

     

    Etes-vous décidez ! Les listes sont ouvertes.

    On peut souscrire encore. Un commis diligent,

    Desserrant le compas de ses jambes alertes,

    Viendra palper chez vous le petit contingent.

     

    Quel mince déboursé pour une forte encaisse !

    Donnez votre louis et soyez convaincus

    Que nous ne battons pas ici la grosse caisse

    Et que vous reverrez bientôt vos quatre écus.

     

    En est-il parmi vous que le sport n’intéresse ?

    Vous, banquiers aux sportsmen, ouvrirez vos crédits.

    Imprimeurs, vous mettrez des boniments sous presse :

    Jardiniers, vous vendrez des fleurs et des radis.

     

    Médecins, vous aurez à guérir des fractures.

    Boulangers, vous ferez hausser le prix du pain.

    Philosophes, traitant des mornes sépultures,

    Aux jockeys assommés vous vendrez du sapin.

     

    Et vous, artistes dont le fer brûlant imprime

    Aux cheveux les plus plats des contours élégants,

    Vous qui faites, Madame, avec un art sublime,

    Entrer de fort gros doigts dans de fort petits gants !

     

    Roanne, non moins à sec aujourd’hui que les fleuves

    Bâillant après les eaux de maigres affluents,

    Chez tous les boutiquiers en deuil, comme les veuves,

    Jettera des remous de faciles clients !

     

    On viendra de partout, de Feurs, de La Palisse,

    De Lyon, de Paris et peut-être d’Autun !

    Pardieu ! si nous pouvions avoir Monsieur Maurice,

    Roanne se venterait d’avoir reçu quelqu’un.

     

    Les ruraux viendront des Noës et d’Arcinges,

    D’Urfé, de Noirétable et des Moulins-Cheriers,

    Admirer les jockeys perchés comme des singes

    Sur des chevaux bâtis comme des lévriers.

     

    Et des dames mettront leur plus fraîches toilette.

    Pour affronter, sans peur, le carreau du gandin

    Ou du sportman, en veste orange ou violette

    La botte molle sur la culotte de daim.

     

    Variétés de fleurs embaumant les tribunes

    A laquelle donner la couronne, ô Paris !

    Des blondes roses sans aucun far, ou des brunes !

    Étincelantes sans un atome de riz.

     

    Dieu quelle émotion ! au saut de la banquette,

    Quand un sportman, du haut de ce tertre escarpé,

    Ira, désarçonné par Fifre ou par Coquette,

    Bondir sur le gazon plus dur qu’un canapé !

     

    J’entends dire qu’il est des choses bien plus graves.

    Si toutes produisaient le choc de celle-ci,

    Indubitablement les Eves les plus braves

    Aux plus adroits serpents diraient toujours merci !

     

    Boulogne, Longchamp, Feurs, Moulins, Châlons-sur-Saône.

    J’en ai vu, pour ma part piquer la tête, dix

    Jockey vert, jockey bleu, jockey blanc, jockey jaune.

    On les croit raide mort, ils ne sont qu’étourdis !

     

    D’ailleurs qu’un jockey tombe ou qu’un cavalier culbute,

    Ce n’est qu’un incident rapide et familier.

    On est encore novice à la trentième chute :

    Il faut tomber cent fois pour être cavalier.

     

    Quelques ânes savants, quelques doctes mâchoires,

    Proclament, ô purs sangs ! que vous êtes fort laids,

    Et que les jockeys sont des pantins dérisoires,

    Triste importation de Messieurs les Anglais.

     

    Ils affirment que c’est un passe-temps barbare,

    Indigne d’un grand cœur et d’un peuple sensé,

    Qu’aller s’épanouir au spectacle peu rare

    D’un jockey qu’on emporte à moitié fracassé.

     

    Qu’après un tel régal, il nous en faudra d’autres :

    Des dogues et des ours, des boxeurs, des taureaux.

    O race de pédants plus nombreuses en apôtres

    Que celle des soldats n’est féconde en héros !

     

    D’après vous la couleur du sang passait de mode

    Et les Européens, las d’être chiens et loups,

    L’Europe allait entrer dans l’avenir commode

    Où l’on échangerait des baisers non des coups.

     

    O spectacle touchant des nations sans armes !

    Littré prophétisait une ère sans combats ;

    Les futurs outranciers s’exclamaient avec larmes

    Quand Niel à son pays demandait des soldats.

     

    Combien te piochaient, filon humanitaire !

    Combien croyaient en vous, pacifiques congrès

    Les lettres n’étaient plus qu’un vaste phalanstère,

    Où chacun aspirait ton encens ! ô progrès !

     

    D’un bon vivant tu fais à merveille un cadavre,

    Divinité du jour. Tu brilles coup sur coup ;

    Dans le fer qui fécondent et dans le fer qui navre,

    Dans la machine à coudre et l’engin qui décout.

     

    Mais puisque ton ardeur n’est jamais assouvie,

    Et qu’un peuple qui t’aime aurait quelque remord,

    Quand il trouve un secret pour étendre la vie

    S’il n’en découvrait deux pour mieux donner la mort !

     

    Puisque Dieu, qui dit-on, nous fit à son image,

    Impassible, nous voit, sans fin, nous déchirer

    Comme nous regardons l’intéressant carnage

    D’infusoires en train de s’entre-dévorer.

     

    Et que plus près de nous, demi-dieu sans scrupules,

    Qui, de cinq milliards fut notre créancier,

    L’Allemand, pour avoir nos dernières pendules,

    Entasse de la poudre et coule l’acier.

     

    Puisqu’enfin c’est la guerre, éclatante ou latente,

    Partout prête à frapper des coups intermittents,

    Puisqu’on dort sous son toit comme on dort sous la tente,

    L’oreille suspendue à des tambours battants.

     

    Il faut qu’on se prépare et que l’on s’aguerrisse.

    Un peu moins de discours, un peu plus de travaux.

    France, si tu veux encore qu’on t’amoindrisse

    Ce qu’il te faut, ce sont des soldats, des chevaux,

     

    Des cavaliers légers sur des chevaux rapides,

    Qui, si jamais chez nous reviennent les uhlans,

    Puissent, dragons, hussards, chasseurs, lanciers et guides

    Reconduire chez eux bon train ces vautours blancs.

     

    Galops prodigieux, bondissements superbes,

    Aplomb des cavaliers, à leur selle soudée,

    Tonnerre de la piste, amortis par les herbes,

    Obstacles périlleux, gaiement escaladés.

     

    Courses, vous dépassez la chasse au ministère !

    O chevaux, l’on vous aime et l’on n’est pas surpris

    D’oublier, ô mulets du turf parlementaire !

    Vos contours, vos détours, vos ruades, vos cris !

     

    O cheval, merveilleux ami, vivant trapèze,

    Heureux le sportman qui dédaignant l’étrier,

    Du bond, dont tu franchis la banquette irlandaise,

    S’enlève sur tes reins, sans les faire plier.

    Et qui, t’enveloppant d’une étreinte héroïque,

    Faisant passes en toi la fièvre des bravos,

    Dusses-tu l’écraser dans son triomphe épique,

    De toute ta mâchoire, aplatit ses rivaux !

     

    C. CHASTELUS (1874) Souvenir des Courses de Roanne

     

    Petits Poèmes : 1, Les Courses.  2, Roanne.

     

    COURSES DE ROANNE

    COURSES DE ROANNE

    COURSES DE ROANNE

    COURSES DE ROANNE

    COURSES DE ROANNE

    COURSES DE ROANNE


    votre commentaire
  • Cette chaîne de télévision à ses débuts offre de très beaux cadeaux mensuellement à ses abonnés.

    Pour illustrer cette affirmation, voici la description d’un ouvrage offert gratuitement pour l’un des mois de l’année 1997

     

    CANAL+ DE BANDE DESSINÉE

    ·       Cartonné, relié, format à l’italienne 225x175

    ·       65 pages papier bistre de luxe

     

    ·       Illustrations réalisées par les meilleurs dessinateurs.

    DE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’hui

    DE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’hui

    DE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’hui

    DE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’huiDE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’hui

    DE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’hui

    DE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’hui

    DE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’huiDE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’hui4

    DE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’huiDE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’hui

    DE CANAL+ d' hier à CANAL- d'aujourd’hui


    votre commentaire
  • CHERS LECTEUR SUR LA VIDEO JOINTE VOUS POURREZ VOIR NOTRE AMIS CHARLES BERG (Membre du Cercle Histoire, des Amis du Musée Joseph Déchelette et de la Médiathèque de Roanne) et sa péniche le Blue Berry. Vous êtes tous invités à participer à la manifestation proposée dans le message ci-dessous.

     Charles BERG (hiparica@wanadoo.fr).  

     

     

    Bonjour mes ami(e)s,

    Par Fernand Laurent, président des Eurocharolais, j'ai appris le projet d'un écrivain-marcheur italien, Marino Curnis, de refaire cette année, 500 ans plus tard, le trajet de Leonard de Vinci de Rome à Amboise. Au contraire de Léonard, Marino va faire ce chemin à pieds.
    Roanne est sur son trajet prévu et il y arrivera le 7 juillet. Je suis entré en contact avec lui et lui ai proposé de l'héberger chez moi, à bord de Blue Berry, ce qu'il a accepté "con piacere".
    Ce serait sympa que nous lui faisions un chouette accueil ici. Je pense notamment aux nombreux artistes et écrivains roannais qui seraient sûrement intéressés de le rencontrer. Et bien entendu à la presse (n'est-ce-pas Christian ? :-)).
    Quelle forme donner à cet accueil ? Nous avons le temps d'y réfléchir. Peut-être déjà certains d'entre nous peuvent-ils l'accompagner sur les derniers kilomètres de Roanne jusqu'à chez moi par le canal (Clin d'œil : Léonard de Vinci a travaillé sur l'amélioration du principe de l'écluse, rappelons-le :-)).
     
    Amicalement
    Charles 


    votre commentaire
  • LETTRE AU SUJET DU FIEF DE RILLY EN ROANNAIS

    (Revue du Lyonnais n° 227, pp. 252 Année 1863)

     Monsieur le directeur,

     

    J’ai pensé être agréable à quelques-uns de vos lecteurs en vous priant de bien vouloir insérer cette simple note dans votre intéressante Revue.

    Tout ce qui touche de près ou de loin au célèbre historien du Forez offre un tel intérêt aux personne qui s’occupent d’études historiques locales qu’il ne m’a pas paru indifférent de rechercher quel fut le sort du fief de Rilly lors de l’extinction de la branche de la famille de La Mure qui en portait le nom.

    Le savant auteur de l’Armorial général du Lyonnais, Forez et Beaujolais (Lyon 1860) estime que la terre de Rilly dut passer directement des La Mure-Rilly aux Courtin de Riorges ; il semble même y être autorisé par la présence dans l’église des Cordeliers de Charlieu d’écussons peints constatant l’alliance des deux familles.

    J’avais accepté d’abord cette opinion, parce qu’en effet elle paraissait infiniment probable, mais depuis j’ai été à même de la modifier d’après la connaissance de documents authentiques sur la famille Courtin de Neufbourg. Voici ce qui ressort de mes recherches :

    Antoine de La Mure, écuyer, seigneur de Rilly, Changy, Chevenay, etc., de son mariage avec Germaine Chappuis, laissa trois filles et un fils, autre Antoine de La Mure, seigneur de Rilly. Ce dernier, n’ayant pas de postérité, légua ses biens en mourant à Claude Chappuis, écuyer, capitaine au régiment d’Auvergne et chevalier de St-Louis, son neveu à la mode de Bretagne.

    Le 27 janvier 1721 fut impartie la bénédiction nuptiale entre Claude Chappuis, seigneur de Rillie, escuyer…., et demoiselle Jeanne-Marie Courtin de Neubourg. (Registres paroissiaux de Roanne).

    Claude Chappuis de Rilly étant mort en 1732 sans laisser d’enfants (d’Hozier, généalogiste de Chappuis), sa veuve recueillit son héritage et devint ainsi dame de Rilly, Changy, Chenevay, etc. (Paroisse de Cordelle.)

    Sa mort arriva le 2 juillet 1750 (Reg. Paroissiaux de Roanne), et ses biens passèrent à son neveu, messire Jean-François Courtin, chevalier, seigneur de Riorges et autres places, qui fit hommage au Roi pour ses fiefs de Rilly, Changy, Chenevay, etc. (Fiefs du Forez de Sonyer du Lac, par M. Assier de Valenches).

    Quelques années plus tard, ces petits fiefs furent donnés en dot à Jeanne-Marie Courtin de Rilly, mariée le 26 février 1767 à haut et puissant seigneur messire Louis-Marie, comte de Faulrières, filleul du roi Louis XV et de la reine son épouse (Reg. Paroissiaux de Roanne. Il les possédait encore en 1789.

    Recevez, etc.                   Octave de Viry

     

    Roanne 5 août 1868

     


    votre commentaire