• ROANNE : VENTE D’UNE MAISON A NICE (FAMILLE GUERRY-DUPERAY)

    VILLA RODUMNA A NICE

     

     

    Illustration : il semble, j’écris bien  « il semble » que cette maison soit la villa  dite « Rodumna » à Nice. Une confirmation par un aimable lecteur de ce blog, serait la bienvenue.

     

     

    ROANNE : VENTE D’UNE MAISON A NICE AYANT APPARTENUE A LA FAMILLE GUERRY-DUPERAY

     

     

    Etude de Me Joseph Vial, licencié en droit, avoué à Roanne 1, rue de Cadore et de Me Grimaldi, notaire à Nice, 11 place Masséna.

     

    VENTE SUR LICITATION : Aux enchères publiques en un seul lot de la :

     

    VILLA RODUMNA

     

    Située à Nice, quartier de Cimiez

    Boulevard Edouard VII

     

    La villa ayant une façade principale au midi, garage, hangars, parc avec allées, tonnelles, palmiers et plantes de luxe.

     

    Mise à prix :                   800.000 francs

     

       Consignation pour enchérir : 120.000 francs, le prix est payable moitiécomptant, moitié dans un délai de trois mois avec intérêt à 7%

     

    Ces immeubles dépendent de la succession de M. Paul Guerry en son vivant industriel à Roanne, et de la communauté ayant existé entre lui et Mme Christine-Marie Dupéray son épouse.

     

    L’adjudication aura lieu le JEUDI 5 MARS 1925, à 14 Heures 30, dans la salle de La Chambre des Notaires de Nice, rue Gioffredo, n° 46, par le ministère de Me Grimaldi, notaire à Nice.

     

    Cette vente a lieu

    Aux requêtes poursuites et diligences de :

    1. Mme Christine-Marie Dupéray, veuve de M. Paul Guerry, demeurant à Varennes, commune de Commelle-Vernay.
    2. Mlle Anne-Marie Guerry, célibataire majeure, demeurant à Varennes, commune de Commelle-Vernay.
    3. M. Etienne Guerry, Industriel, demeurant au château de Vourez (Isère)
    4. M. Paul Guerry, industriel demeurant à Roanne, rue Benoît Malon.
    5. Mme Gabrielle-Marie-Antoinette Argaud, veuve en première noces de M. Félix Guerry, épouse en deuxième noces de M. Magerin, et ledit M. Fernand-Célestin-Jean-Baptiste Margerin, secrétaire du Crédit Commercial de France, Chevalier de la Légion d’honneur, décoré de la Croix de Guerre, demeurant tous deux Paris, rue Renelagh, n° 45, agissant, Mme Margerin en qualité de tutrice et M. Margerin en qualité de co-tuteur de la mineure Anne-Thérèse-Marie-Félix-Liliane Guerry, issue du premier mariage de Mme Gabrielle- Marie-Antoinette Argaud avec M. Felix Guerry.

    Poursuivant, ayant pour avoué Me J. Vial

    En présence de :

     

    Eugène Aubry, notaire honoraire, demeurant à Roanne, place du Palais de Justice , n° 4, qualité de subrogé-tuteur ad hoc, faisant fonction de subrogé-tuteur en raison de l’opposition d’intérêts pouvant exister entre la mineure Anne-Thérèse-Marie-Félix-Liliane Guerry et sa grand-mère, subrogée-tutrice, nommée à ces fonctions par délibération du Conseil de Famille de ladite mineure, prise sous le présidence de M. le juge de Paix du canton de Roanne, en date du 31 mai 1924 ;

    En exécution d’un jugement rendu par le tribunal civil, le 6 novembre 1924, enregistré.

     

    Désignation des immeubles à vendre :

     

    Une villa située à Nice, quartier de Cimiez, boulevard Edouard VII, appelée : « Villa Rodumna » ayant une façade principale au midi, couverte partie en tuiles, partie en terrasses en ciment volcanique armé, et élevée sur sous-sol d’un rez-de-chaussée et de deux étages comprenant :

     

    Au sous-sol : logement du concierge, bureau, chambre, cuisine et cabinet de toilette, neuf chambres de domestiques, chaufferie, salle de bains et trois caves.

     

    Au rez-de-chaussée : grand salon, salle à manger, petit salon, hall, trois chambres à coucher, deux salles de bains, water-closet, office, débarras et penderie.

     

    Au premier étage : grand salon, petit salon, salle à manger, quatre chambres à coucher, deux salles de bains, water-closet, hall, office, cuisine et deux chambres de bonne.

     

    Au deuxième étage : grand salon, petit salon, salle à manger, boudoir, trois chambres, salle de bains, deux water-closets, cuisine, office et deux terrasses.

     

    Au devant de la façade Est : garage pour deux autos, hangar pour jardinier et pour le moteur de l’ascenseur. Parc avec allées, tonnelles, palmiers et plantes de luxe.

     

    Le tout occupant une superficie de deux mille cent soixante-huit mètres carrés quatre-vingt-six centième environ, clos de murs sur les façades nord et est, et de murs surmontés de grilles en fer forgé sur les façades couchant et midi, et confrontant :

    • Au midi, le boulevard Edouard VII
    • Au nord, M. Batterfield
    • A l’ouest M. Pin
    • A l’est M. Vergonjaune.

     

    Sur la mise à prix de huit cent mille francs

    Nota : les frais de vente sont payables en sus du prix

    Roanne, le 29 janvier 1925 – signé J.Vial

     

    En 1925 le salaire annuel d’un ouvrier est d’environ 5845 francs : d’après le site de Thomas Piketty, directeur d’Etudes à l’EHESS et directeur adjoint de la Fédération Paris-Jourdan.

    Il faudrait donc environ 134 ans à un ouvrier pour réunir la somme de 800 000 francs, sauf que la durée de vie du même ouvrier s’établit autour de 55 ans en 1925.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :