• Un bon patron : Hippolyte François Alfred CHAUCHARD

     
     
    A CHAUCHARD
     

    Il est né en 1821 aux Mureaux, ancien département de la Seine et Oise, aujourd’hui les Yvelines et mort le 5 juin 1909 à Paris.

     

    En 1856, Alfred Chauchard est commis au magasin : Au Pauvre Diable, aux appointements de 25 francs par mois.

     

    Il s’associe avec Auguste Heriot et Charles Eugène Faré pour louer le rez-de-chaussée du Grand hôtel du Louvre où ils créent un magasin de mode : les Galeries du Louvres qui ouvrira ses portes à l’occasion de l’exposition universelle.

     

    L’immeuble appartient à la Compagnie Immobilière de Paris représentée par les frères Pereire qui investiront et prendrons des parts dans la société. En 1857, Faré, se retire alors que l’entreprise est en plein essor.

    En 1865, ils réalisent 15 millions de ventes, et 41 millions dix ans plus tard.

     

    Chauchard et Hériot deviennent très riches.

    A CHAUCHARD 1

    En 1879, les deux associés vont racheter l’ensemble de l’immeuble et après deux ans de travaux ils ouvrent Les Grands Magasins du Louvre. Pouvoir satisfaire tous les désirs de la clientèle, tel est leur slogan. 52 départements et comptoirs offraient à la pratique un grand choix de marchandises : soieries de toutes les couleurs, châles des Indes, tartans, articles de Paris, et tout le nécessaire pour la bonneterie, les jouets, l’aquarelle, etc.

     

    En 1885, Chauchard vend ses parts pour se consacrer à l’art. Il possède rapidement de vastes collections de peintures et d’objets d’art. En 1898, il se fait connaître en acquérant pour l’énorme somme de 750 000 francs-or,l’Angélus de Jean-François Millet. L’œuvre était alors très convoitée par plusieurs musées américains. Des Corot, Delacroix, Daubigny, Meissonnier, actuellement au musée d’Orsay, font partie de ses prestigieuses collections.

     

    Féru d’art africain, ses relations avec l’ambassadeur du Mali, lui permettront de rassembler un ensemble de belles pièces.

     

    « De son vivant, affirme André Becq de Fouquières, il se faisait beaucoup prier avant de consentir à montrer ses chefs-d’œuvre. Mais lorsqu’on était parvenu à vaincre sa résistance, il vous en récompensait en vous offrant un souvenir. Dans ses magasins, on donnait aux enfants un ballon. Dans sa galerie de l’avenue Vélasquez, les adultes recevaient soit une médaille à l’effigie de Chaudard, soit un moulage de son buste ! »

     

    Alfred Chauchard loue à la ville de Paris le château de Longchamp, dans le bois de Boulogne et habite un vaste hôtel particulier 5, avenue Vélasquez (Paris VIII°) à proximité du parc Monceau.

    A CHAUCHARD 4

    Il étend ses relations jusqu’à la présidence de la République, en particulier avec le ministre de l’Instruction publique Georges Leygues qui lui fait obtenir la décoration de Grand-croix de la Légion d’honneur. Chauchard lui lèguera une partie de sa fortune.

     

    Selon André Becq de Fouquières : «  Le personnage était infiniment plus complexe qu’il n’y parait. Ainsi avait-il dressé un perroquet enfermé dans ses appartements privés à le saluer par une raillerie. Chaque fois qu’il pénétrait dans sa chambre, l’oiseau criait : Chauchard, tu es une bête ! Chauchard tu es une bête ! ».

     

    Il a soigneusement organisé ses funérailles, il les veut grandioses, à la mesure de sa considérable fortune : un cercueil en bois d’amarante orné de ciselures de bronze et de cuivre, au prix de 48 000 francs,  un habit noir le vêt avec le cordon de la Légion d’honneur en sautoir, un gilet boutonné de perles précieuse d’une valeur de 500 000 francs, un linceul en drap d’or…Il n’en faudra pas moins aux malfrats pour violer sa sépulture ! Il repose dans un mausolée au cimetière du Père Lachaise.

     

    Il devient un des mécènes du musée du Louvre auquel il lèguera toutes ses collections.

    Il attribue une somme de 12 millions de francs à l’homme politique Georges Leygues, dont la femme et les deux filles reçoivent un million chacune.

    Gaston Calmette, directeur du Figaro, hérite de deux millions, le sénateur Lozé de 500 000 francs, et la maîtresse de Chauchard hérite de son hôtel, entièrement meublé, de l’avenue Vélasquez et d’une importante donation. Et, les valets de chambre, sujet de la Carte postale ancienne servant d’illustration de départ : 500 000 francs-or chacun, Alfred Chauchard n’était pas un ingrat !!!

    A CHAUCHARD 2

    Son importante propriété de Versailles, avenue de Paris, deviendra un lotissement pavillonnaire privé, appelé parc Chauchard. Les 105 lots seront distribués à ses employés méritants. En son centre son ancienne demeure existe toujours.

     

    Que devient l’immeuble du Louvre ? Il subira les bombardements de la seconde guerre mondiale et sera partiellement détruit.

     

    Les Grands Magasins du Louvres disparaîtront en 1974, l’immeuble abrite aujourd’hui le Louvre des Antiquaires ainsi que des bureaux.

     

     

    Article de Jean-Claude Baudot pour la Revue : CP MAG  du mois de mai 2014)

     

    http://www.cartes-postales-magazine.fr/

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :