• Un étrange baptême


     

    Illustration : Oratoire de  Breurette près d’Usson-en-Foez (Loire)<o:p></o:p>

                On dit que si les enfants tardaient trop dans le ménage, la femme allait chercher la statuette pour la placer dans son lit pendant u ne nuit.<o:p></o:p>
    <o:p>
     </o:p>

    UN ETRANGE BAPTEME<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Une recherche de Marguerite Tardy, historienne locale (bien trop tôt disparue) de Saint-Haon-le-Châtel.

    (Extrait des registres paroissiaux de Saint-Haon-le-Châtel)

    Marguerite Paput, femme d’Antoine Girarde, vigneron de la ville de Saint-Haon-le-Chatel, âgée d’environ 24 ans décédée depuis hier environ les sept heures du soir après avoir reçu les sacrements et ensuite ayant été ouverte par trois garçons chirurgiens dont l’un me dit à moi présent, qu’un fœtus formé qu’il avait tiré de ladite femme trépassée depuis un instant était en vie et avait mouvement, lequel fœtus formé je baptisai dans le moment sous condition ensuite de quoi, ayant considéré avec lesdits trois garçons chirurgiens demeurant chez monsieur Bernard, ledit fœtus développé de la membrane, je le vis de la longueur d’un « doit » » mâle et bien formé, mais je ne lui connu aucun mouvement ni signe de vie. Ce qui fut cause que je ne le rebaptisai pas une seconde fois sous, condition, encore que je doutas de la validité de son baptême à cause de ladite membrane ou « vécie » qui l’enveloppait et qui peut être aurait empêché le contact de l’eau que je versais néanmoins abondamment avec une « chaupine » sur le dit fœtus qui était dans un plat d’étain où il me fut présenté par lesdits garçons chirurgiens.<o:p></o:p>

    Il faut objecter que ledit Girarde m’ayant prié d’interroger sadite femme si elle n’atait point enceinte, me dit après l’avoir confessé et peut-être une heure avant sa mort qu’elle était enceinte de trois mois, ce que j’atteste véritable pour servir entant que de besoin à qu’il appartiendra. Après quoi et le lendemain vingt cinquiesme janvier mil sept sent quarante ladite défunte a été enterré dans le cimetière dudit lieu avec sondit fœtus, les cérémonies ordinaires étant observées, par moi soussigné curé dudit Saint-Haon en présence de Messire Eustache-François Mourier, prêtre sociétaire dudit lieu et de Pierre Ranque sonneur de cloches de ladite église, qui ont signé.<o:p></o:p>

    Ranque                                       E.F.Mourier                                   Journoud curé<o:p></o:p>

    Ce texte peut nous paraître naïf, mais sommes-nous bien loin de nos préoccupations actuelles ? Tant d’années plus tard, avec les progrès de la génétique, la question « le fœtus est-il une personne ? » n’a pas fini de faire couler de l’encre et des flots de paroles.<o:p></o:p>

    Pour terminer sur une note plus gaie, signalons qu’Antoine Girarde s’est remarié un mois après.<o:p></o:p>




  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :