Statistiques
  • 3 connecté(s)
    Total de 376 801 visiteur(s)
    Site créé le 20/02/2006
Horloge
Moteur de recherche
Accueil » Eglises et chapelles » Le coq de clocher
  Articles de cette rubrique :
 

Le coq de clocher


 

LE COQ DE L’EGLISE 

Dans la tradition chrétienne occidentale, un coq est placé au sommet du clocher des églises. Il s’agit d’une tradition très ancienne et très symbolique, propre à l’occident chrétien. On ne trouve pas de coq sur les églises d’Orient, ni dans le sud de l’Italie.

La mention la plus ancienne d’usage des cloches pour annoncer l’office remonterait à une prescription du Pape Sabinien en 604. Mais à l’époque d’après Viollet-le-Duc, les églises n’étaient pas encore dotées de clocher proprement dit. Ceux-ci apparaissent au VIIIe siècle. Y avait-il déjà un coq sur les clochers à cette époque ? Nous connaissons un texte d’un certain Walstan, auteur du Xe siècle, qui parle du coq placé au sommet de l’église de Winchester en Angleterre. Un « coq d’une forme élégante, et tout resplendissant de l’éclat de l’or, occupe le sommet de la tour…Sous ses pieds superbes, il tient le spectre du commandement et il voit au-dessous de lui tout le peuple de Winchester…Il affronte les vents qui portent la pluie, et se retournant sur lui-même, il leur présente audacieusement sa tête… Seul il a aperçut le soleil à la fin de sa course se précipitant dans l’océan, et c’est à lui qu’il est donné de saluer les premiers rayons de l’aurore… ».

Dans son « Rational du divin office » Guillaume Durand (1237-1295), évêque de Mende, s’exprime ainsi sur la signification symbolique du coq des clochers : « Le coq placé sur l’église est l’image des prédicateurs : car le coq veille dans la nuit sombre, marque les heures par son chant, réveille ceux qui dorment, célèbre le jour qui s’approche ; mais d’abord il se réveille et s’excite lui-même à chanter, en battant ses flancs de ses ailes. Toutes ces choses ne sont pas sans mystère, car la nuit, c’est ce siècle ; ceux qui dorment ce sont les fils de cette nuit couchés dans leurs iniquités. Le coq représente les prédicateurs qui prêchent à voix haute et réveillent ceux qui dorment afin qu’ils rejettent les œuvres de ténèbres… Et de même que le coq, les prédicateurs se tournent contre le vent, quand ils résistent fortement à ceux qui se révoltent contre Dieu, en les reprenant et en les convainquant de leurs crimes…La verge de fer sur laquelle le coq est perché représente la parole inflexible du prédicateur et montre qu’il ne doit pas parler de l’esprit de l’homme, mais de celui de celui de Dieu… Et parce que cette verge elle-même est posée au-dessus de l’église, cela signifie que les Ecritures sont consommées et affirmées… ».

Ces textes sont preuves de l’ancienneté des coqs de clocher. Ils nous font découvrir combien la symbolique est omniprésente dans les églises. Ils nous donnent les raisons pour lesquelles le coq est placé à l’endroit le plus haut du village. Il reçoit le premier rayon de lumière au lever du soleil… On voit aussi dans les testes que le coq est placé au-dessus de la croix du clocher et que son rôle de girouette à une signification symbolique. D’autre part le coq est aussi l’emblème de Saint-Pierre, en rappel au texte de la passion. Le coq a aussi depuis longtemps d’autres significations symboliques liées à la religion : pour les alchimistes du moyen-âge, il symbolise le mercure. On pourrait aussi parler du coq gaulois emblème de la France, mais ce symbole est sans rapport avec les coqs d’église puisqu’ils existent sur les clocher dans de nombreux autres pays.

                                 Daniel Biget pour la revue : « La Voix de l’ANR »

Le lundi 15 mai 2006 à 10h51 dans Eglises et chapelles
Poster un commentaire
Pseudo :
Email (facultatif) :
Adresse site (facultatif) :
Votre message :
Voulez-vous suivre le fil de la discussion ?
Aucun commentaire